En 1 clic Votre profil Nous contacter
Remonter en haut de page

Unis pour la Somme

Mise à jour le 03/09/2020
J'aime

Le groupe Unis pour la Somme dénombre 25 élus.
Co-présidents du groupe : Franck BeauvarletIsabelle de Waziers

Membres : Laurent SomonCarole BizetPascal BohinVirginie Caron-DecroixStéphane DecayeuxHubert de JenlisMargaux DelétréMarc DewaeleFrance FongueuseStéphane HaussoulierClaude HertaultChristelle HiverSabrina Holleville-MilhatOlivier JardéBrigitte LhommeFrançoise Maille-Barbare, Jocelyne MartinSéverine MordacqEmmanuel NoiretDidier PotelFrançoise Ragueneau, José Sueur et Philippe Varlet.

Le contenu des tribunes est sous l’entière responsabilité des président(e)s de groupe.

RENTRÉE SCOLAIRE :
OBJECTIF RÉUSSITE POUR LES COLLÉGIENS DE LA SOMME

Après avoir vécu une année scolaire 2019-2020 particulière, due à l’épidémie de COVID-19 dans notre pays, nos collégiens vont désormais reprendre le chemin des collèges en ce mois de septembre. Nous profitons de cette période pour féliciter les lauréats du Brevet des collèges, encourager les nouveaux venus et surtout remercier le personnel enseignant et les agents départementaux qui ont œuvré pour permettre l’accueil et la continuité éducative de nos enfants.

ACCUEILLIR LES ÉLÈVES EN TOUTE SÉCURITÉ
La crise de la COVID-19 nous oblige aujourd’hui à agir et penser différemment. Soucieux d’offrir aux jeunes un environnement de qualité, le Département a mis en place les moyens nécessaires pour les accueillir en toute sécurité : nettoyage approfondi des locaux, dotation en masques et en gel, application des gestes barrières. Ces moyens sont reconduits à compter de la rentrée.

En parallèle, le Département continue d’investir dans ses bâtiments, au travers du Plan pluriannuel d’investissement, afin de les rendre plus fonctionnels et moins énergivores. Ces travaux et les mesures sanitaires mises en place permettront à la fois aux élèves, au corps enseignant et aux personnels départementaux de travailler dans un cadre sain, sécurisé et modernisé.

UN BUDGET PARTICIPATIF AU SERVICE DES JEUNES SAMARIENS
Annoncée en juin 2019, la mise en place d’un budget participatif a été engagée cette année sur le thème de la réussite éducative. C’est un enjeu majeur pour les jeunes de notre département, surtout à un moment où leur rythme scolaire a été profondément bouleversé.

C’est pour cette raison que le Département actera, dès la session de septembre, la relance opérationnelle du budget participatif pour la réussite éducative avec un calendrier certes modifié, mais en maintenant le budget initial d’un million d’euros. L’édition 2020 visera à contribuer à la réussite de chaque jeune pour lui permettre de grandir et de s’épanouir dans de nombreux domaines : citoyenneté, scolarité, socialisation, autonomie, sport, culture, apprentissage professionnel, santé, bien-être, confiance en soi, soutien aux parents…

La priorité sera donnée aux idées à destination des jeunes âgés de 10 à 16 ans et notamment ceux confrontés à des difficultés familiales, sociales et éducatives. Les enjeux de la collectivité départementale dans cette thématique concourent à deux objectifs : mettre en œuvre des actions présentant un caractère nouveau ou répondant à des besoins jusqu’alors non pourvus et co-construire ces projets avec les élèves, la communauté éducative et les territoires.

AUX CÔTÉS DES FAMILLES AVEC LE PLAN DE RELANCE
Voté par l’Assemblée départementale le 23 juin dernier, le plan de relance départemental de 50 millions d’euros permettra à notre département d’être encore plus solidaire, dynamique, vert et vertueux. Un volet de ce plan permettra aussi et surtout de mieux accompagner les jeunes samariens dans la réussite de leur parcours scolaire :

  • Un soutien aux familles de collégiens bénéficiant de l’allocation départementale de scolarité : la fermeture des collèges durant plusieurs semaines a conduit de nombreux collégiens à devoir prendre leur repas à domicile, ce qui a pu représenter un coût supplémentaire non négligeable dans certains foyers. C’est une dépense supplémentaire que les élus départementaux ont souhaité en partie compenser via une aide de 40 € pour les demi-pensionnaires et de 50 € pour les élèves internes. Ce sont ainsi 4 388 demi-pensionnaires et 91 internes qui ont pu bénéficier de cette aide.
  • Une l’aide à l’acquisition de matériel informatique : la période de confinement a démontré la nécessité de permettre aux collégiens d’être connectés. C’est pourquoi le Département a prêté du matériel informatique aux jeunes non dotés d’ordinateur. Plus de 300 ordinateurs ont ainsi pu être prêtés aux collégiens.Dans cette lignée, le principe d’un dispositif d’aide à l’acquisition d’un ordinateur pour les familles les plus fragiles a été voté en juin. Il concernerait potentiellement près de 2 000 jeunes collégiens à chaque rentrée scolaire.
  • Une connexion Internet pour les élèves n’en disposant pas : de la même façon,il s’agit ici de mettre à disposition une clé 4G comprenant un abonnement valable 1 an pour les collégiens n’ayant pas la possibilité d’avoir Internet à leur domicile. Le Département doit se donner les moyens de faciliter l’accès des collégiens aux outils informatiques, notamment pour leur permettre de disposer des ressources numériques nécessaires à leur apprentissage.
  • Une offre de service de soutien scolaire : le Département compte mettre en œuvre cette offre pour environ 300 enfants accueillis par l’Aide Sociale à l’Enfance, afin de prévenir le risque de décrochage scolaire de certains enfants confiés aux assistants familiaux et de leur permettre d’aborder l’année scolaire dans les meilleures conditions possibles.

Cette année encore, l’éducation des jeunes samariens est au centre de nos priorités. Les élus de la majorité départementale souhaitent à tous les collégiens de la Somme une bonne rentrée et une excellente année scolaire.

CET ÉTÉ, (RE)DÉCOUVREZ LA SOMME !

La saison estivale nous permet de profiter à nouveau de moments précieux en famille, entre amis, mais aussi de parcourir les quatre coins de notre département. Du Nord au Sud, d’Ouest en Est, des sites les plus emblématiques aux balades les plus bucoliques, partez à la découverte de notre riche et beau patrimoine. Chacun de ses équipements a bénéficié d’un soutien du Département.

INCONTOURNABLE BAIE DE SOMME
Entre la Vallée de la Bresle (au Sud) et la Baie d’Authie (au Nord) se trouve l’une des plus belles baies du monde. Notre Baie de Somme regorge de trésors qui se parcourent à pied ou en vélo. Au gré des 7 stations balnéaires de la côte picarde, vous pourrez ainsi fouler les plages de sable, profiter des galets bleutés ou encore vous offrir une vue panoramique imprenable du haut des falaises.

Amoureux de la faune et de la flore, notre littoral est fait pour vous : le parc du Marquenterre, la réserve ornithologique de Grand-Laviers ou encore la découverte des chevaux Henson et des phoques dans l’estuaire vous émerveilleront. Vous succomberez également au charme du chemin de fer de la Baie de Somme : vieux de 130 ans, ce parcours de 27km vous fera découvrir des endroits uniques et authentiques.

Les ports départementaux du Crotoy et du Hourdel, la cité médiévale de Saint-Valery-sur-Somme ou encore le chemin de planches de Cayeux-sur-Mer (il est le plus long d’Europe) vous permettront aussi de profiter des richesses culturelles, historiques et culinaires, tant appréciées par nos visiteurs.

LA SOMME, VALLÉE IDÉALE PAR NATURE
Pas besoin de voyager à l’autre bout du monde pour profiter de paysages sauvages ! Nous regorgeons d’espaces naturels. Les aménagements récents, par le Conseil départemental, des étangs de Cléry-sur-Somme et des étangs de la Barette à Corbie vous surprendront par leurs richesses florales et animales. Le tout, à deux pas de chez vous.

Pour ceux qui aiment se balader, seul ou en famille, les différentes voies vertes (la traverse du Ponthieu, celle du Vimeu à l’Airaines, la coulée verte…) se connectent facilement à la Véloroute Vallée de Somme. Entretenue et rénovée en continu par le Département, elle est aujourd’hui une colonne vertébrale touristique de la Somme. Les haltes fluviales, les 30 belvédères, les Hardines de Ham, les Hortillonnages d’Amiens et tous les chemins de randonnée alentours sont une parfaite occasion de se réapproprier la nature de façon parfois insoupçonnée.

L’été est aussi le moment de s’adonner à la pratique sportive en extérieur. Initiez-vous à la voile, au paddle, au canoë-kayak, au rafting ou même à la pirogue grâce aux activités de nos 11 bases nautiques, partout dans la Somme. De la même façon, sur les berges, découvrez le gyropode ou le vélo électrique ! Vous rêvez de plein air ? Les clubs aéronautiques de la Somme vous proposeront des sorties en montgolfière, en parachute ou en planeur.

UNE SOMME D’HISTOIRE
Du berceau de la Préhistoire aux batailles les plus sanglantes de la 1ère Guerre mondiale, les hommes ont marqué de leur empreinte la Somme. Le parc naturel et archéologique de SAMARA est un incontournable retour aux origines ! Les 180 collections archéologiques de la Somme, rassemblées au centre d’interprétation de Ribemont-sur-Ancre, sont depuis quelques mois accessibles au public.

Faites un détour par la citadelle de Doullens, l’un des plus beaux ensembles d’architecture militaire de l’époque moderne au Nord de la France, avant de vous rendre à Saint-Riquier pour y découvrir les œuvres monumentales d’Albert Hirsch et les expositions du centre culturel départemental de l’Abbaye.

Chemin méconnu mais pourtant très agréable, rejoignez la Via Francigena par Péronne et suivez les traces des pèlerins qui, jadis, traversaient la péninsule depuis le Nord de l’Europe jusqu’à la ville éternelle de Rome. Savez-vous qu’Amiens est un point d’étape du chemin de Saint-Jacques de Compostelle ? Cherchez le “clou” sur le parvis de la cathédrale d’Amiens, qui fête ses 800 ans cette année.

Près d’Albert, embarquez pour 14km d’Histoire à travers les bois, les tunnels et les champs grâce au P’tit Train de la Haute-Somme. Tracté par de véritables locomotives à vapeur, dans des wagons d’antan, il vous emmènera sur la ligne construite par les armées françaises et britanniques et qui servait à l’approvisionnement du front en 1916, lors de la Bataille de la Somme.

Vous pourrez poursuivre votre Circuit du Souvenir en vous rendant à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne et son centre d’interprétation, situé à Thiepval. D’autres musées, nouveaux, viendront enrichir vos connaissances sur la vie des soldats à l’arrière du front, comme à Villers-Bretonneux, Naours ou Vignacourt.

Tourisme de nature, tourisme mémoriel, tourisme de loisir : les élus de la majorité départementale ont à cœur de soutenir l’activité touristique en continuant d’investir pour l’attractivité du territoire, l’emploi local, la sauvegarde et la protection de notre patrimoine.

Après une période de crise sanitaire qui a impacté de nombreux secteurs d’activité, redécouvrons notre département et montrons à tous nos professionnels notre attachement à notre culture, nos savoir-faire, notre identité.

Bel été à tous !

PLAN DE RELANCE DÉPARTEMENTAL : 
50 MILLIONS D’EUROS POUR REDYNAMISER LA SOMME

Souhaitant prendre toute sa part dans la relance, notre majorité proposera les 22, 23 et 24 juin prochain un plan ambitieux de 50 millions d’euros en faveur du pouvoir d’achat et du soutien aux acteurs locaux. Composé de 12 mesures, ce plan de relance montre une nouvelle fois que le Département est un acteur de proximité, moderne et efficace.

UNE SOMME SOLIDAIRE
Au cœur de nos missions, les solidarités font partie de nos priorités. Nous allons mettre en place cinq mesures pour un total de 14 millions d’eurosafin de ne laisser personne de côté, notamment ceux qui ont le plus souffert de cette crise et qui souffriront le plus de ses conséquences.

Nous manifesterons d’abord notre soutienaux acteurs de l’autonomie et de l’enfance. Au plus fort de l’épidémie, nous les avons aidés à s’équiper en masques. Nous pensons que dire merci ne suffit pas : c’est pourquoi nous accorderons une prime aux personnels des EHPAD, des établissements pour personnes en situation de handicap et des foyers pour enfants, sans oublier les assistants familiauxet les auxiliaires de vie.

Nous recruterons aussi davantage de personnels pour les métiers du Grand Âge car il nous faut absolument améliorer les conditions de vie des personnes âgées et handicapées. Nous souhaitons par ailleurs qu’elles aient le choix d’être en établissement ou à domicile. C’est pourquoi nous allons mettre en place dessolutions innovantes et alternatives.

Pourfaire face àl’urgence sociale,nous allons créer un fonds d’aides directes aux familles les plus fragilisées et augmenterons notre soutien financier aux associations caritatives du département. Nous créerons unfonds d’innovation et de soutien pour la relancedes structures de l’économie sociale et solidaire.

Nous souhaitons continuer notre action engagée depuis 2015 à destination des allocataires du RSA. Nous autoriserons le cumul du versement du RSA avec un emploi saisonnierdans l’agriculture, le tourisme ou l’hôtellerie. Cela inclut également une aide aux travailleurs indépendants bénéficiaires du RSAqui sont les oubliés des aides d’urgence de l’État. 

UNE SOMME DYNAMIQUE
Nous allons consacrer une enveloppe de 18 millions d’eurosafin d’aider les acteurs de l’économie locale à repartir de l’avant. Unfonds d’aides exceptionnelles aux acteurs du tourismeva être mis en place. Par ailleurs, nous inciterons les habitants àconsommer local. Il faut soutenir nos producteurs et nos restaurateurs : les drivefermiers seront pérennisés et nous remettrons des cartes prépayées utilisables dans la Somme aux professionnels (notamment ceux du secteur médico-social) qui ont été pleinement mobilisés durant la crise sanitaire. 

Nous maintiendrons nos subventions auxassociations sportives de la Somme. Le fonds d’aide à l’équipement des clubs sera abondé. Directement impactées par l’arrêt de leurs activités, notre soutien aux bases nautiques et de plein air sera renforcé. Les acteurs de la culture seront également aidés financièrement, grâce à un fonds d’aides exceptionnelles et au maintien, là encore, des subventions. La saison culturelle 2020-2021 du Département, déjà en préparation, s’annonce riche et axée sur la valorisation des talents locaux. 

Parce que c’est aussi un devoir de solidarité, nous aiderons les entrepreneurs samariensdans les secteurs du commerce et de l’artisanat. Nous serons toujoursaux côtés des communes et les intercommunalitésen augmentant nos enveloppes de soutien de 9 millions d’euros. À travers ce dispositif, nous aiderons concrètement les entreprises à rebondir, puisque 75% de cette enveloppe profite aux entreprises de la Somme.

UNE SOMME VERTE ET VERTUEUSE
Notre département dispose d’atouts considérables. C’est une destination accessible et familiale tant par sa nature préservée, son écosystème, ses infrastructures, le tout à moins d’1h30 de Paris et de Lille. Nous débloquerons un budget de 18 millions d’euros pour accompagner les mutations de notre société, initiées avant la crise et qui sont d’autant plus évidentes aujourd’hui. 

Nous favoriserons un « vivre autrement » dans l’aménagement de notre territoire, pour le travail ou les loisirs. Pour favoriser les mobilités durables, 80 aires de covoiturage mailleront prochainement la Somme. Vous pourrez solliciter une aide financière pour chaque vélo à assistance électrique achetédepuis le 17 mars. Nous créerons ou réaménagerons plusieurs kilomètres de véloroutes. 

Valoriser le territoire, c’est mieux faire connaître, aux habitants de la Somme et d’ailleurs, nos très nombreuses richesses patrimoniales et touristiques. C’est aussi lancer les premiers chantiersstructurants de notre « Vallée idéale ». Nos espaces naturels feront l’objet d’une stratégie de développement, tandis que les plantations de haies vont s’intensifier, notamment le long de nos routes départementales.

Vous l’aurez compris, ce sont autant de mesures pour permettre à notre département de repartir rapidement de l’avant. Vous pouvez compter sur l’action des élus de la majorité départementale pour faire de la Somme, en toutes circonstances, un territoire accueillant, bienveillant, tourné vers l’avenir et soucieux de la réussite de tous. 

CORONAVIRUS : PRÉPARER DEMAIN DÈS AUJOURD’HUI

La crise sanitaire que notre pays traverse est inédite à bien des égards. Elle nous a séparés physiquement les uns des autres. Elle nous réunira à nouveau lorsqu’elle sera derrière nous. Dès à présent, nous sommes mobilisés pour venir en aide à ceux qui sont dans la difficulté, tout en réfléchissant au “monde d’après”.

MERCI

Il y a encore quelques mois, jamais nous n’aurions pu imaginer vivre une période de crise comme celle-ci. Nous souhaitons remercier celles et ceux qui se sont battus aux côtés des malades ou qui ont contribué à faire vivre notre pays.

Merci également à l’ensemble des agents des collectivités locales de la Somme : ils ont assuré une continuité exemplaire du service public, lors des distributions de masques, des “appels solidaires”, en venant en aide aux habitants les plus précaires ou comme lors des inondations et coulées de boues dans le Ponthieu.

Et plus largement, merci à vous, qui vous êtes pliés (parfois à contre cœur) au confinement durant plusieurs semaines. Vos efforts de chaque instant permettent, jour après jour, de terrasser le virus. Malheureusement, certains y ont succombé. Nous tenons à avoir une pensée émue et sincère à l’égard toutes celles et ceux qui ont perdu l’un de leurs proches.

AGIR VITE ET FORT
Les dégâts causés par cette crise sanitaire sont aussi économiques et sociaux : nous en sommes conscients. C’est pourquoi la majorité départementale votera les actions nécessaires à la relance de notre département.   

• Nous allons tout faire pour amplifier le nombre de tests de dépistage grâce à notre laboratoire départemental et à un laboratoire privé dont nous co-financerons l’équipement : nous traiterons la moindre suspicion dans tous nos établissements ou chez les personnes âgées percevant l’APA sur prescription.   

 Nous allons aider les secteurs touchés de plein fouet : des fonds exceptionnels de soutien seront mis en place à destination du secteur touristique, gravement impacté. Il en va de même pour les cafés et restaurants de la Somme.   

• Nous allons soutenir davantage nos agriculteurs et pérenniser les circuits courts : le succès des drive fermiers dans 3 premiers collèges, lancés il y a peu, nous encouragent à aller dans cette incitation au “consommer local”. De nouvelles initiatives verront le jour à ce sujet.   

• Par ailleurs, les circuits courts de distribution peuvent s’élargir à d’autres domaines d’activité. Nous accompagnerons la transition numérique de nos artisans et des commerces de proximité.   

• Ce saut numérique doit également trouver encore plus sa place auprès de nos aînés, qui ont été en grande situation d’isolement : nous aiderons les établissements d’accueil dans l’acquisition de tablettes ou la création de salles équipées.   

• Fidèles à nos missions de solidarité auprès des plus fragiles, nous proposerons une aide exceptionnelle aux familles de collégiens éligibles à l’allocation départementale de scolarité (ADS). Nous aurons également une attention toute particulière pour nos travailleurs sociaux et auxiliaires de vie qui méritent une juste reconnaissance pour leur dévouement.   

• Nous avons redémarré nos investissements dans nos bâtiments, sur les routes ou notre fleuve afin de relancer l’activité économique du BTP, pourvoyeur de nombreux emplois dans notre département. Ces chantiers représentent près de 40M€ de travaux.   

• Enfin, dans ces premières pistes, nous n’oublions pas les acteurs du sport et de la culture : face à cette situation exceptionnelle,toutes les subventions prévues sont maintenues et nous travaillons déjà à proposer aux samariens une saison culturelle intense à partir de septembre prochain.

REPENSER NOTRE SOCIÉTÉ
Si nos institutions doivent en retenir une leçon, c’est bien celle de l’exceptionnel engagement des collectivités locales. Dans l’urgence, elles savent réagir avec souplesse et responsabilité pour répondre aux préoccupations des territoires et des habitants. Pour mener à bien nos missions de solidarités, en proximité, nous le répétons : il faut aller vers davantage de décentralisation des responsabilités. Alors, profitons de cette rupture pour repenser nos façons de faire :   

• Repenser nos solidarités, pour aller vers une société plus juste, où l’on se donne les moyens de prendre soin des plus fragiles d’entre nous ;   

• Repenser notre système de soins : une fierté française qui doit être financièrement sanctuarisée, avec des équipes stables, bien formées et correctement payées ;   

• Repenser notre accès au numérique, surtout en zone rurale où l’accompagnement au digital et la résorption rapide des zones blanches sont des priorités ;   

• Repenser notre manière de travailler, en développant l’usage du télétravail pour les agents et les salariés qui peuvent y prétendre ;   

• Repenser le défi climatique et écologique, en nous réinterrogant sur nos modes de transport, en favorisant le recours aux mobilités douces ou le covoiturage ;   

• Repenser notre façon de consommer, pour privilégier davantage le local dans notre alimentation, nos entreprises, nos industries, nos vacances ou nos loisirs ;   

• Repenser la démocratie de proximité, en repensant notamment la place des Départements qui sont des outils d’action dans tous les territoires.

Dans ce “monde d’après”, les défis seront immenses : ils concerneront notre quotidien, tout comme ils concerneront l’avenir de nos enfants. Les réponses viendront de notre capacité collective à imaginer, à construire ou reconstruire, à innover : le Département, demain avec vous, toujours plus présent à vos côtés.

CORONAVIRUS : LE DÉPARTEMENT À VOS CÔTÉS FACE À L’ÉPIDÉMIE

Notre pays est confronté à une crise sanitaire exceptionnelle. Le Département a adapté le fonctionnement de ses services, notamment auprès des publics dont il a la charge. Plus que jamais, tous ensemble, la solidarité et la responsabilité nous permettront de faire face.

ÉLUS ET AGENTS TOTALEMENT MOBILISÉS 
Depuis le 16 mars, la continuité du service public départemental est assurée pour nos missions essentielles. Pour palier la fermeture des sites au public, un accueil téléphonique spécifique dans chacun de nos territoires d’action sociale est opérationnel.

Par ailleurs, un système de veille téléphonique des quelques 30 000 bénéficiaires de prestations (RSA, APA, PCH..) a été mis en place. Effectués auprès des personnes dont nous assurons habituellement l’accompagnement, ces « appels solidaires » sont assurés par 170 agents et élus de notre collectivité, tous volontaires.

Le Département continue ainsi de répondre aux urgences sociales des publics les plus en difficulté. Le versement des différentes prestations aux allocataires est garanti, tout comme leur renouvellement automatique pour les personnes en fin de droits. Autre exemple, l’allocation départementale de scolarité a été mise en paiement fin mars.

Dans cette situation de confinement généralisé, et parce que venir en aide aux publics fragiles demeure notre préoccupation, nous avons maintenu les consultations de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) pour les nourrissons, les suivis de grossesse et la planification familiale. Il en est de même pour les interventions des travailleurs sociaux lorsqu’une situation urgente se présente. Le tout, avec les gestes et les outils de protection nécessaires.

Plusieurs agents des collèges sont, pour leur part, mobilisés pour participer au dispositif de garde d’enfants des personnels, notamment soignants, indispensables à la vie du pays. Des volontaires travaillent en renfort dans les cuisines du CHU d’Amiens ou en EHPAD. De son côté, Somme Numérique assure le bon fonctionnement des Espaces Numériques de Travail (ENT), outils indispensables pour permettre à nos enfants la continuité pédagogique dont ils ont besoin. Sur demande, 200 ordinateurs sont mis à la disposition des collégiens.

Enfin, nos personnels d’exploitation sont sur le pont pour assurer votre sécurité sur les routes départementales et surveiller les niveaux des cours d’eau.

Merci à nos agents, sur le terrain comme en télétravail, aux sapeurs-pompiers, aux personnels soignants du département et à l’ensemble des salariés mobilisés qui font un travail extraordinaire au service de tous les samariens.

S’ATTACHER DE RÉPONDRE AUX BESOINS DES ÉTABLISSEMENTS 
Le Département est en lien étroit avec les établissements médico-sociaux dont il a la charge et qui hébergent des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées, ainsi que les services d’aide à domicile. 

Dans cette situation, la question de l’équipement des professionnels est très sensible. En responsabilité, dès que le Gouvernement l’a permis, nous avons commandé plusieurs dizaines de milliers de masques, destinés prioritairement aux établissements qui ont été insuffisamment dotés par l’État. Les agents du Département ont assuré la livraison de 50 000 masques, déjà en stock, à 93 établissements et services les 1er et 2 avril.

Cette action contribue à freiner la propagation du virus. Cette bataille est indispensable pour préserver la capacité de prise en charge d’un maximum de patients dans les hôpitaux, et leur sauver la vie. Elle doit mobiliser tous les acteurs, publics comme privés. Nous saluons l’engagement des entreprises de la Somme : elles ont spontanément mis à disposition leurs capacités de production ou leurs stocks pour fournir gel hydroalcoolique et masques.

SOUTENIR PAR TOUS LES MOYENS L’ÉCONOMIE LOCALE
Cette crise a déjà, nous le savons, des répercussions sur le tissu économique, agricole, touristique et associatif. Notre solidarité départementale doit s’exprimer. Nous mettrons en place des dispositifs de soutien.

D’ores et déjà, le Département maintient le paiement de ses fournisseurs et de ses prestataires, dès réception des factures : plus de 70% de nos achats sont réalisés auprès d’entreprises samariennes. Ce paiement rapide permettra, nous l’espérons, de répondre à leurs difficultés de trésorerie. Nous accélérons par ailleurs le versement des subventions aux communes et aux intercommunalités, afin qu’elles puissent assurer le paiement de leurs factures

Enfin, sur le plan agricole, nous avons décidé d’autoriser le cumul du RSA et des revenus des activités saisonnières pour permettre aux bénéficiaires qui le souhaitent de prêter main forte aux exploitantsdans la récolte des fruits et légumes. Pour les soutenir, et permettre aux habitants d’avoir accès à des produits locaux de qualité, des points de distribution, en drive, sont mis en place dans plusieurs collèges du département.

Pour faire face à ce contexte inédit dans lequel le Département souhaite jouer plus que jamais son rôle de garant des solidarités sociales et territoriales, la mobilisation de tous est essentielle : nous y prenons part. Prenez soin de vous et de vos proches.

LA SOMME, TERRAIN DE TOUS LES SPORTS

En prenant, dès 2015, le parti d’orienter la politique sportive du Département vers le “sport pour tous”, notre majorité a choisi de soutenir le sport amateur, la pratique handisport et le développement des activité de nature dans la Somme. L’arrivée des Jeux Olympiques de Paris 2024 et la labellisation “Terre de Jeux” du Département doivent permettre d’impulser de nouveaux dispositifs de soutien.

METTRE PLUS DE SPORT DANS LE QUOTIDIEN DES SAMARIENS
En 2020, le Département consacre encore plus de 1,5 millions d’euros pour le mouvement sportif et les associations sportives de la Somme. Nous avons près de 700 clubs ou comités sportifs départementaux pour leur fonctionnement ou l’acquisition de leur matériel.

Notre volonté est également de favoriser la pratique sportive chez les publics cibles de l’action départementale, tels les enfants, les personnes en situation de précarité ou de handicap, nos seniors ou encore les collégiens. C’est le sens des différents appels à projets, reconduits chaque année et ouverts à tous les clubs sportifs de la Somme.

Par ailleurs, le Plan départemental des espaces, sites et itinéraires (PDESI), adopté en 2017, marque de son côté la priorité donnée au développement des activités de nature, qu’elles soient terrestres, nautiques ou aériennes. Le soutien aux sites de pratique et le maintien d’un réseau de randonnées de qualité en sont les principaux leviers.

Nous renforçons enfin notre détermination à soutenir le sport en ville comme dans nos compagnes. Nous portons un regard particulier pour les sports traditionnels picards, comme le ballon au poing ou la longue paume, qui bénéficient d’un accompagnement spécial du Département.

INVESTIR POUR DES EQUIPEMENTS SPORTIFS DE QUALITE
Notre soutien financier aux communes et aux intercommunalités vise notamment à mieux structurer l’offre sportive de proximité. 26 réhabilitations ou constructions d’équipements sportifs ont été co-financés par le Conseil départemental pour un montant global de près de 5 millions d’euros.

Les grands travaux entrepris au stade de la Licorne ou la réalisation du nouveau centre aquatique à Amiens, l’extension de plusieurs gymnases comme à Acheux-en-Amiénois ou Doullens, la création d’espaces multisports à Abbeville, Epehy, Croixrault, Montdidier, Roye et Flixecourt, ou encore la construction de la base nautique de Fort-Mahon ne sont que quelques exemples de notre action en faveur de l’amélioration des conditions d’accueil et d’entraînement des licenciés.

Nous avons souhaité intervenir plus fortement sur les sites sportifs, touristiques et naturels déjà existants, de manière à ce que les habitants puissent pratiquer des loisirs et des sports de pleine nature dans toute la Somme. Depuis 2017, c’est une enveloppe de 2 millions d’euros qui y aura été consacrée.

LA SOMME SERA AU RENDEZ-VOUS DES JEUX OLYMPIQUES !
En 2024, la France va organiser le plus grand événement sportif de la planète. Fort de ses atouts, fier de son histoire et de sa dynamique sportive, le Département de la Somme vous invite à préparer et à participer à cette fête exceptionnelle.

Avec l’obtention du label “Terre de Jeux” en janvier dernier, le Conseil départemental entend saisir l’opportunité des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 pour fédérer tous les acteurs du sport autour d’actions concrètes. Parmi elles, nous trouvons le développement du sport santé, qui fait l’objet d’une réflexion approfondie dès 2020.

Deux objectifs majeurs nous animent : l’accueil de délégations sportives étrangères dans la Somme ou encore l’accueil , sur les sites touristiques du département, de milliers de spectateurs du monde entier qui viendront en France à cette occasion. Nous pensons ici aux sportifs comme aux touristes des pays du Commonwealth, avec qui la Somme partage des racines historiques et une amitié forte.

Les dernières éditions des Talents du Sport ou la tenue de la Saharienne, événements départementaux annuels gratuits et ouverts à tous, témoignent des valeurs que nous attachons à la pratique sportive sous toutes ses formes, pour tous les publics et partout sur le territoire.

Les élus de la majorité départementale tiennent à saluer et remercier l’ensemble des associations sportives, leurs indispensables bénévoles, et réaffirment à ces derniers le soutien du Département dans le développement de leurs activités.

BUDGET PARTICIPATIF : FAIRE ENSEMBLE AVEC VOUS

Annoncée en juin 2019 à l’occasion du lancement de la démarche innovation de notre Département, la mise en place d’un budget participatif est engagée cette année sur le thème de la réussite éducative.

UN DISPOSITIF INNOVANT À VOTRE SERVICE
Le Budget participatif permet aux samariens d’intervenir concrètement sur le budget de notre collectivité. Tous les citoyens, notamment ceux éloignés de nos institutions, peuvent ainsi participer à la vie du département, en proposant des idées et en votant en faveur de leur concrétisation.

En consacrant 1 million d’euros pour la réalisation des projets retenus, le Département entend promouvoir l’innovation participative dans plusieurs de ses politiques publiques, particulièrement celles qui relèvent de la lutte contre la pauvreté, la réussite éducative des jeunes, la mobilité ou encore le développement durable.

LE DÉPARTEMENT S’ENGAGE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE
L’édition 2020 visera à contribuer à la réussite de chaque jeune pour lui permettre de grandir et de s’épanouir, et ce dans de nombreux domaines : citoyenneté, scolarité, socialisation, autonomie, sport, culture, apprentissage professionnel, santé, bien-être, confiance en soi, soutien aux parents… Vous avez le choix !

La priorité sera donnée aux idées à destination des jeunes âgés de 10 à 16 ans (tranche d’âge des collégiens) et notamment ceux confrontés à des difficultés familiales, sociales et éducatives. Par ailleurs, dans l’évaluation des projets qui nous parviendront, nous veillerons à ce qu’une attention particulière soit portée à la réussite éducative des enfants confiés au travers de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Les enjeux de notre collectivité dans cette thématique doivent nous amener à deux objectifs :

  • mettre en œuvre des actions présentant un caractère nouveau ou répondant à des besoins jusqu’alors non pourvues ;
  • co-construire ces projets avec les élèves, la communauté éducative et les territoires.

CONCRÈTEMENT, COMMENT CA MARCHE ?
Nous avons souhaité laisser la possibilité à chaque citoyen samarien de participer, en proposant son ou ses idées jusqu’au 15 avril 2020, par voie postale ou directement en ligne sur www.somme.fr/budget-participatif.

Passé ce délai, et durant un mois, nous analyserons tous les projets. Cela nous permettra de réfléchir à la faisabilité de chacun d’entre eux avant de le soumettre au vote des habitants, qui interviendra lui entre le 11 mai et le 1er juin 2020. Tous les samariens, à partir de 10 ans, pourront se prononcer en ligne pour retenir au maximum 3 projets.

Les projets retenus par vos votes seront soumis à l’Assemblée départementale au cours du mois de juin, ce qui officialisera le financement de chacun des projets. Une communication sera organisée à destination des samariens pour présenter les projets lauréats, qui commenceront à voir le jour à partir de la rentrée de septembre.

LA SOMME, TERRITOIRE INNOVANT !
À travers ce nouveau dispositif qui voit le jour cette année, nous avons souhaité favoriser l’émergence de projets et de solutions répondant, au plus près du terrain, aux problèmes que vous pouvez rencontrer. Le Budget participatif est résolument un outil concret, dans la parfaite ligne des ambitions de notre majorité : faire ensemble avec vous, pour vous.

Il s’ajoute aux dispositifs déjà existants, tels que le concours Somm’Innov (soutien aux projets innovants dans la profession agricole) ou encore, en interne, la constitution d’un groupe de travail d’agents du Conseil départemental, tous volontaires pour participer à une réflexion collective en vue d’améliorer les services que nous vous offrons.

Signe de cette dynamique, le Département de la Somme a accueilli à Amiens le 28 novembre 2019, dans le cadre de la semaine de l’innovation publique, le premier Forum interdépartemental de l’innovation publique : réunissant plusieurs collectivités des Hauts-de-France comme de la région parisienne, cette journée a rencontré un vif succès.

Nous sommes convaincus que c’est tous ensemble que nous parviendrons à faire de notre Département, demain, un territoire innovant et résolument tourné vers l’avenir.

UN BUDGET 2020 DANS LA CONTINUITÉ DE NOS ENGAGEMENTS

Les élus du Conseil départemental de la Somme se sont réunis en novembre pour débattre, puis en décembre pour voter le Budget Primitif 2020. Notre bonne santé financière témoigne des efforts que nous nous sommes imposés depuis maintenant 4 ans de mandat.

UNE SOMME DE BONNE GESTION ET D’INQUIÉTUDES LÉGITIMES
Comme chaque année, depuis notre arrivée aux responsabilités, les effets conjugués du gel des dotations de l’État et de la hausse continue des dépenses sociales nous fragilisent toujours autant. Ces dépenses, qui sont pour nous incontrôlables et surtout non compensées, sont autant de menaces pour la santé financière des Départements.
L’incertitude qui plane autour du transfert, en 2021, de notre unique recette fiscale (une part de la taxe foncière) aux communes et aux intercommunalités met une fois de plus en cause notre autonomie financière. C’est une véritable incompréhension : le Gouvernement ne peut pas nous dire d’un côté « On a besoin des Départements », pendant que de l’autre, il veut limiter nos dépenses et contraindre nos recettes !

Pourtant, les Conseils départementaux se montrent, années après années, exemplaires en matière de maîtrise budgétaire et d’économies de fonctionnement. C’est le cas dans la Somme : nous avons réduit la dette du Département de 33M€ en 3 ans, sans recours à l’emprunt et sans hausse d’impôt.

UNE SOMME D’ACTIONS, AU SERVICE DES SAMARIENS ET DES TERRITOIRES
C’est donc avec beaucoup de méthode, de clarté, et la volonté simplement d’être utiles, que nous poursuivrons en 2020 notre projet de mandature. Ce budget va ainsi nous permettre d’investir cette année près de 90M€ (+3%) pour préparer l’avenir :
• Nous poursuivrons un programme important de travaux sur nos routes et nos ponts. Nous engagerons cette année la réalisation d’une analyse de l’accidentologie ou encore l’expérimentation de plantation de haies le long de nos routes ;
• Nous mettrons des moyens supplémentaires dans nos politiques de solidarités, dans l’accompagnement des jeunes sortant de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), des personnes victimes de violences et l’accompagnement des allocataires du RSA, dans leur réinsertion et vers l’emploi ;
• Nous favoriserons le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes : nous augmenterons nos aides aux seniors, pour que leur reste à charge soit moins important ; dans le même temps, nous reconduirons notre fonds de soutien aux travaux de réhabilitation des EHPAD et des établissements accueillant des
adultes handicapés dans la Somme ;
• Nous poursuivrons par ailleurs nos investissements lourds pour la modernisation et la sécurisation des collèges de la Somme : des travaux essentiels à la vie quotidienne des élèves et des personnels ;
Nous soutiendrons nos agriculteurs, investis dans la diversification et la valorisation de leurs activités (circuits courts, culture biologique, méthanisation..) sans oublier nos aides à la création d’emplois dans le secteur agro-industriel ;
• Nous acterons, dans le cadre de la démarche innovation, la création d’un budget participatif, véritable outil au service des habitants avec pour objectifs la réussite scolaire, l’innovation sociale, le développement durable et la mobilité ;
• Nous continuerons notre soutien aux communes et aux intercommunalités dans l’aménagement du territoire, sans oublier notre soutien aux acteurs touristiques et aux acteurs du sport et de la culture.

UNE SOMME DE GRANDS PROJETS !
L’avancée en 2019 du projet de canal à grand gabarit Seine-Nord Europe est décisive. L’État a enfin acté son financement. Nous soutenons cette infrastructure stratégique, intermodale, industrielle et environnementale que nous financerons à hauteur de 70M€, de même que nous investissons 3,5M€ pour l’arrivée du TGV à Amiens.
Par ailleurs, le déploiement du très haut débit se poursuit et s’accélère. Pour réduire la fracture numérique et revitaliser nos territoires, notre ambition est claire : la Somme, département 100% fibre optique d’ici 2024.

Enfin, avec l’appui de partenaires publics comme privés, nous allons faire de notre Vallée de Somme une « Vallée idéale », afin de capitaliser, structurer, développer, préserver et valoriser tous nos atouts (touristiques, culturels, économiques, naturels..). Ce travail, dans la durée, représente une formidable opportunité pour la Somme. Nous en sommes convaincus.

Dans les communes, dans les centre-bourgs, à Amiens comme pour les grands projets d’avenir, notre majorité est au rendez-vous pour encourager l’économie locale, favoriser le maintien de nos populations ou encore aider à la création d’emplois.

Ces orientations démontrent notre capacité à construire des budgets cohérents, solides, ambitieux, porteurs de sens, au profit de notre territoire et de ses habitants. Vous pouvez compter sur nous.

Les élus de la majorité départementale vous présentent leurs meilleurs voeux pour 2020 : une année souriante et radieuse, en Somme !

LE DÉPARTEMENT, PREMIER PARTENAIRE DES TERRITOIRES

Dès 2015, nous avons mobilisé des crédits pour favoriser l’investissement public et l’emploi local. Nous avons adopté plusieurs dispositifs d’appui tout en renforçant nos capacités d’investissement afin de répondre concrètement aux besoins des habitants et d’accroître l’attractivité de notre département.

DES INVESTISSEMENTS MASSIFS SUR NOS ROUTES
Notre majorité poursuit un haut niveau d’investissement dans les infrastructures routières du département : plus de 27 millions d’euros en 2019 (+7% par rapport à 2018) pour la modernisation de nos 4 600km de routes, ainsi que l’entretien des ouvrages d’art. De nombreux dossiers ont été engagés dès 2015 pour améliorer la fluidité du trafic, renforcer l’attractivité économique du territoire et assurer la sécurité des usagers : la création du barreau routier qui relie la rocade Sud au CHU Amiens-Picardie, la desserte de l’aéroport et de l’aéropôle Albert-Picardie, le vaste programme de travaux sur la 2×2 voies Amiens-Roye ou encore les aménagements liées à la desserte du Vimeu industriel.

C’est chaque année plus de 300km de routes qui font l’objet de renforcements, de reprises de chaussée ou de poses de revêtements neufs. Cet effort est couplé à notre volonté d’être en pointe sur les nouvelles pratiques de mobilité : un plan départemental de développement des aires de covoiturage est en cours d’élaboration.

DES PROJETS AU SERVICE DES COMMUNES ET DES INTERCOMMUNALITÉS
Avec un budget de 40 millions d’euros pour la période 2017-2020, notre politique de soutien aux initiatives locales se traduit notamment par la signature de contrats de territoire entre le Conseil départemental et les 16 intercommunalités de la Somme, ainsi qu’une enveloppe destinée à aider aux investissements des communes rurales.

Nous avons aussi fait le choix d’accompagner les centre-bourgs de notre département. C’est pourquoi nous avons décidé de consacrer 6 millions d’euros entre 2019 et 2021 en faveur de leur redynamisation. Il s’agit ici de favoriser l’accès aux services publics et marchands en milieu rural, le cas échéant par des solutions innovantes. Ces dotations permettent de mieux structurer l’offre de proximité en mobilisant les moyens nécessaires à la réhabilitation ou la création de nouveaux équipements, commerces, services ou espaces publics qui contribuent à la qualité de vie des habitants.

LE TOURISME, AXE MAJEUR DE DÉVELOPPEMENT
Le Département entend garder, d’Est en Ouest, la pleine maîtrise d’un aménagement touristique réfléchi et raisonné. Le choix de notre majorité, en 2015, de conserver la propriété des ports de plaisance du Crotoy, du Hourdel et de Saint-Valery-sur-Somme a été un premier signal fort. La Somme dispose d’un patrimoine historique et naturel exceptionnel. Ils sont déjà plus de 2 millions à venir chaque année, générant à la fois des dizaines de millions d’euros de dépenses directes et des centaines d’emplois non délocalisables.

Pour valoriser ces richesses, les travaux de développement de la Véloroute Vallée de Somme s’accélèrent : après avoir achevé la liaison Pont-Rémy – Abbeville et la traversée d’Amiens en 2018, nous continuons nos aménagements dans l’Est, autour de Péronne et vers le canal du Nord. Par ailleurs, nous avons profité du Centenaire de la Grande Guerre pour ouvrir le centre d’interprétation de Thiepval, rénover l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, mais aussi venir en aide aux communes et associations dans la préservation de leurs lieux de mémoire.

Aujourd’hui, avec le Grand Projet La Vallée idéale, nous avons pour ambition de renforcer notre attractivité au niveau national et européen. Il offrira de nouvelles perspectives de développement touristique dans les territoires au travers d’une démarche co-construite et partagée par les partenaires, publics comme privés, unis dans un véritable projet naturel, économique et culturel au cœur du département.

TRAVAILLER À L’AMÉNAGEMENT DURABLE DU TERRITOIRE
Conscient des attentes et du potentiel de notre département, nous soutenons financièrement plusieurs grands projets structurants qui permettront à la Somme d’être encore plus attractive :

  • Le programme Somme 100% FttH 2024 : l’accès au très haut débit est essentiel au quotidien des habitants et des acteurs économiques. Notre objectif est clair : 100 % de lignes couvertes par la fibre optique à l’horizon 2024. Le coût de ce déploiement est cofinancé par le Département à hauteur de 6 millions d’euros.
  • La liaison TGV Amiens-Roissy : vecteur de mobilité pour tous les samariens, nous nous sommes battus aux côtés d’autres collectivités pour son obtention. C’est désormais officiel : le TGV arrivera en gare d’Amiens en 2025. La connexion directe en 57 minutes au Grand Roissy, premier bassin d’emploi d’Île-de-France, offrira de nouvelles perspectives pour l’Amiénois. Le Département financera cette liaison pour 3,2 millions d’euros.
  • Le canal Seine-Nord Europe : ce projet constitue un maillon central, aujourd’hui manquant, de la liaison fluviale européenne à grand gabarit et représente une réelle opportunité de développement. Il permettra de diminuer les émissions de CO2 et de créer à terme 50 000 emplois directs et indirects le long du tracé. Nous finançons ce chantier à hauteur de 70 millions d’euros.

Par nos choix d’investissements, nous assumons notre rôle de collectivité de proximité et notre volonté d’accompagner les territoires pour maintenir notre population, en attirer de nouvelles et valoriser les atouts de notre département.

BUDGET SUPPLÉMENTAIRE 2019 : DANS LA SOMME, ON AGIT !

Les élus du Conseil départemental de la Somme se sont réunis du 2 au 4 octobre afin d’examiner le Budget Supplémentaire 2019. Il permet l’ajustement budgétaire des dépenses et des recettes de notre collectivité pour notamment engager de nouvelles actions au service des habitants.

UN BUDGET COHÉRENT, SOLIDE ET SINCÈRE
Ce Budget Supplémentaire nous permet d’aller plus loin sur plusieurs politiques publiques grâce aux bons résultats présentés en juin dernier lors du Compte Administratif, fruits de nos efforts de gestion, avec un résultat net de 86,9 millions d’euros.

Nous avons décidé d’augmenter nos crédits d’investissements de près de 15,5 millions d’euros. Ils bénéficieront à l’ensemble des habitants de la Somme comme de nos agents. En y ajoutant les crédits ouverts au Budget Primitif (85 millions d’euros) nous arrivons ainsi à un niveau d’investissement de plus de 100 millions d’euros pour 2019.

Cette session a été aussi l’occasion d’augmenter les moyens affectés à certaines actions de solidarités relevant de nos compétences : les nouvelles dépenses en fonctionnement s’élèvent à 6,6 millions d’euros et permettent notamment le financement d’actions d’accompagnement individuel à destination des allocataires du RSA, afin de les remettre sur le chemin de l’emploi. Ces dépenses intègrent également la revalorisation du RSA, décidée par le Gouvernement sans aucune compensation pour le Département.

Le solde des mouvements de ce Budget permet de dégager un excédent de financement de 67,4 millions d’euros. Notre saine gestion permet à notre collectivité de se désendetter de 24 millions d’euros, permettant d’afficher, en cette fin d’année, un endettement inférieur à celui de l’exercice 2014, avant notre arrivée aux responsabilités.

DES CRÉDITS MOBILISÉS POUR VOTRE QUOTIDIEN
Les délibérations présentées dans ce Budget ont pour objectif d’ajuster au plus près les consommations et les engagements de crédits avec les réalités constatées au cours de l’année. Les choix votés par notre majorité amènent à un ensemble d’actions concrètes au service du développement de nos territoires et de ses habitants :

  • + 2,9 M€ pour des travaux de modernisation et d’équipement de nos collèges (opérations de réhabilitation ou d’extension à Bernaville ou Ailly-le-Haut-Clocher, travaux de sécurisation) ;
  • + 3 M€ supplémentaires pour l’aménagement du territoire, permettant le cofinancement de projets communaux et intercommunaux, dans les villages comme les centres-bourgs ;
  • + 4,5 M€ pour l’entretien de nos routes départementales (travaux en traverses d’agglomérations, travaux dans nos centres départementaux d’exploitation routière) ;
  • + 411 000 € pour nos seniors pour la prévention de la perte d’autonomie des personnes âgées ;
  • + 1,3 M€ pour le développement touristique de notre territoire (travaux sur la Véloroute Vallée de Somme de Frise à Feuillères, signalétique, acquisition d’une ancienne voie ferrée entre Doullens et Amiens en vue de favoriser les mobilités douces) ;
  • + 500 000 € face à la prolifération de la Myriophylle Hétérophylle, comprenant l’achat par le Département d’une embarcation pour lutter plus efficacement contre cette plante exotique envahissant le fleuve Somme, ses affluents et ses étangs ;
  • + 370 000 € pour des travaux sur l’Abbatiale de Saint-Riquier, exceptionnel joyau historique classé Monument Historique jouxtant le Centre culturel départemental ;

Par ailleurs, nous avons décidé d’accompagner la démarche d’innovation départementale à hauteur de 300 000 € : elle s’inscrit dans la suite des efforts de refondation de la collectivité que nous avons engagés depuis 2015 et permettra, à terme, une amélioration du service à l’usager.

Enfin, nous apportons notre soutien aux structures régionales qui ont choisi d’investir dans la Somme, malgré la fusion des Régions. Nous cofinançons le futur centre technique d’accueil et de formation de la ligue de football des Hauts-de-France (200 000 €) ainsi que le siège mutualisé du comité de la Somme et de la ligue régionale de tennis (60 000 €), tous deux situés à Amiens.

NOUS ATTENDONS DES RÉPONSES DU GOUVERNEMENT
À l’occasion du Budget Supplémentaire, nous avons souhaité questionner le Gouvernement sur deux sujets. Tout d’abord, soucieux de ne laisser aucun territoire de côté, nous oeuvrons au quotidien pour l’attractivité de notre département, des villes comme des plus petits villages. De son côté, le Gouvernement menace de supprimer les aides aux zones de revitalisation rurales (ZRR) après 2020. Elles sont pourtant essentielles, notamment pour nos centres-bourgs, car elles contribuent à un aménagement équilibré du territoire. Ce dispositif peut être amélioré mais doit être maintenu : c’est le sens de notre vœu.

Aussi, nous appelons l’État à garantir ses financements en ce qui concerne la lutte contre la Myriophylle Hétérophylle : le Département y aura consacré près d’un million d’euros depuis 2018, avec des subventions de l’Agence de l’Eau Artois-Picardie et de l’Europe. Alors que sa prolifération devient endémique, ces subventions, après 2020, sont annoncées en forte baisse.

Vous l’aurez compris : à travers les décisions de ce Budget Supplémentaire, la majorité départementale amplifie ses investissements au service de la Somme.

LE DÉPARTEMENT INVESTIT POUR LA RÉUSSITE DE SES COLLÉGIENS

Sécurisation et modernisation des établissements, appels à projets sportifs et culturels ou encore soutien aux circuits courts dans nos cantines : la majorité départementale accentue en cette rentrée ses efforts en poursuivant les investissements nécessaires pour tous les collégiens de la Somme.

UN PLAN D’INVESTISSEMENT AU PLUS PRÈS DES BESOINS

Avec un budget en hausse par rapport à 2018, le Département poursuit en 2019, et jusqu’en 2022, un ensemble d’opérations de maintenance et de modernisation.Un nouveau Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI) a été élaboré et 32 millions d’euros sur 4 ans sont engagés pour l’exécution d’un vaste programme de travaux permettant :

  • de meilleures conditions d’accueil des élèves (mise en accessibilité, réhabilitation des locaux de restauration, création de préaux, de sanitaires, d’abris-vélos) ;
  • une qualité d’études optimale (modernisation de salles de sciences et de technologie) ;
  • une performance énergétique améliorée pour nos bâtiments (changement des menuiseries extérieures, mise en place de systèmes intelligents de chauffage).

Par ailleurs, nous avons fait le choix d’accompagner les projets d’investissement des collèges privés pour la sécurisation ou l’aménagement de salles de classes, via une aide spécifique ou par le biais de garanties d’emprunt.

La mise en œuvre de ce PPI a été rendue possible grâce aux marges de manœuvre dégagées depuis notre arrivée en 2015 : pour exemple, les achats de fuel, d’électricité et de gaz ont été mutualisés, une nouvelle organisation de la maintenance au sein des collèges a été mise en place et l’éclairage basse consommation des bâtiments a été déployé.

Ces travaux offrent, à la fois pour les élèves, mais aussi pour le corps enseignant et les personnels départementaux, un cadre de travail clairement amélioré dans des établissements résolument tournés vers l’avenir.

ENRICHIR LE PARCOURS PÉDAGOGIQUE DE NOS ÉLÈVES

Nous souhaitons que les collégiens de la Somme réussissent mieux et s’épanouissent davantage. Outre notre soutien aux associations sportives des collèges ou l’extension du Pass’Sport à tous les collégiens bénéficiant de l’Allocation Départementale de Scolarité (ADS), de nombreux dispositifs concourent à cet objectif :

  • les crédits du Plan Collèges 3.0 sont en augmentation : 1,2 million d’euros en 2019 pour doter les établissements de matériels et d’outils adaptés aux usages numériques et aux programmes pédagogiques ;
  • les Parcours Artistiques et Culturels (PAC) et l’opération « Collège au cinéma » sont pérennisés pour permettre l’accès de tous les élèves du département à la culture, au travers de rencontres d’artistes, de visites d’expositions, de spectacles ou encore d’initiation à la pratique des arts ;
  • les séjours linguistiques sont également soutenus afin de favoriser le départ des collégiens au moins une fois au cours de leur scolarité, tout en permettant de réduire les coûts supportés par les parents ;
  • l’appel à projets « Sports de nature collégiens 80 » a été reconduit et encourage la pratique d’activités sportives de nature dans ou en dehors du département.

Par ailleurs, le Département organise les Rencontres inter-collèges, compétition alliant l’esprit du jeu et de la découverte, réunissant depuis sa création près de 12 500 jeunes des collèges publics et privés de la Somme. Se rencontrant depuis maintenant 2 ans au Centre culturel départemental de Saint-Riquier, les élèves sont invités à participer à un parcours d’activités scientifiques et d’ouverture sur le monde.

Enfin nous avons décidé, en 2017, la création d’un dispositif de soutien dédié aux « Orchestres au collège » s’inscrivant en complément de l’action du Département en matière d’éducation artistique et culturelle. Cette initiative permet l’accès des collégiens à la pratique musicale collective. C’est aussi, pour certains élèves non musiciens, l’opportunité de découvrir une pratique musicale encadrée par des professionnels.

PRIORITÉ À LA RESTAURATION SCOLAIRE EN CIRCUITS COURTS !

Nous avons fait le choix d’encourager chaque collège à la réduction du gaspillage alimentaire et à l’approvisionnement en denrées alimentaires auprès d’agriculteurs du département. Chaque jour dans la Somme, ce sont plus de 15 000 repas qui sont produits dans nos restaurants scolaires.

Le Département dispose ainsi d’un levier efficace pour contribuer à la valorisation et au renforcement d’une agriculture de proximité. En effet, les circuits courts créent de nouveaux débouchés de commercialisation pour nos producteurs, permettent à nos collégiens de consommer des produits frais et de saison et replacent les équipes des cuisines au cœur du service de restauration, en devenant responsables des commandes et de la transformation des produits.

Lancé avec la Chambre d’agriculture de la Somme, ce partenariat est une réussite : la grande majorité des collèges publics du département se fournit désormais en partie auprès des producteurs signataires de la charte « Circuits courts en Somme », que vous pouvez retrouver sur www.somme-produitslocaux.fr

À travers ses collèges, le Conseil départemental investit et s’investit pour l’avenir des collégiens de la Somme. Les élus de la majorité leur souhaitent une bonne rentrée et une excellente année scolaire. 

BEL ÉTÉ, EN SOMME !

Le Tourisme est un axe majeur de développement pour le département. Compétence partagée, elle est pleinement exercée au Conseil départemental. D’est en ouest, la Somme dispose en effet d’un patrimoine historique et naturel exceptionnel qu’il nous appartient de valoriser et de protéger. C’est le sens des actions portées et menées depuis 2015 par notre majorité.

DES SITES DÉPARTEMENTAUX REMARQUABLES
Le Conseil départemental de la Somme pilote l’aménagement touristique du territoire. Le choix, à notre arrivée, de conserver la propriété et la gestion des ports de plaisance du Crotoy, du Hourdel et de Saint-Valery-sur-Somme fut le premier signal fort.

La mise en lumière des richesses de la Vallée de la Somme continue et s’accélère, comme en attestent la mise en place d’un nouveau Plan Départemental des Espaces, Sites et Itinéraires (PDESI) ou encore l’ouverture toute l’année du parc naturel et archéologique Samara, à La Chaussée-Tirancourt, qui a fêté l’année dernière ses 30 ans.

En 2019, le Département poursuit ses actions de soutien aux professionnels et aux équipements touristiques, en cherchant à développer l’offre existante tout en permettant à de nouveaux porteurs de projets de se lancer. Fort de cet objectif, nous avons à nouveau voté le 3 juin dernier plus d’un demi million d’euros de financements.

Les travaux d’extension du centre d’interprétation de Thiepval et les travaux de rénovation de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, réalisés et financés par le Département, ont généré une hausse de fréquentation globale de près de 30% en 2018.

Le long du fleuve Somme, propriété du Conseil départemental, un parcours de 30 belvédères permet aux touristes de découvrir nos richesses naturelles et nos paysages. Les 6 Maisons de la Vallée, déjà réhabilitées, offrent des perspectives de développement touristique, accompagnées par la Véloroute Vallée de Somme qui permet dorénavant de relier en toute sécurité l’est du département à la Baie de Somme, en passant par Amiens et Abbeville.

FAIRE VIVRE LE TERRITOIRE ET L’ÉCONOMIE LOCALE
Plus de 2 millions d’euros ont été engagés depuis 2015 pour renforcer la filière des loisirs et des sports de nature dans la Somme. Parmi les bases nautiques et de plein air, l’aménagement du plan d’eau de Berny-sur-Noye est un bel exemple d’espace naturel propice à la détente et aux loisirs pour les amateurs de randonnées à pieds ou en VTT.

Nous soutenons cette année encore nos deux réseaux de petits trains, en Haute-Somme comme en Baie de Somme, tant pour leur fonctionnement que pour les investissements nécessaires à leur activité. C’est ainsi que nous avons voté 1,5 millions d’euros pour la régénération totale des voies de la ligne entre Noyelles-sur-Mer et Le Crotoy.

Afin de contribuer à l’émergence de nouveaux talents et au rayonnement culturel du territoire, nous accompagnons les structures et les associations locales dans l’organisation de leurs spectacles et festivals. Celui de Saint-Riquier Baie de Somme, organisé par le Département du 2 au 12 juillet cette année, s’inscrit dans un ambitieux projet culturel par sa programmation riche, variée et accessible.

Enfin, le renouvellement des panneaux de signalisation touristique sur le bord des routes samariennes se poursuit : c’est le cas pour nos routes départementales avec l’installation de panneaux « Bienvenue en Somme » aux principales entrées de notre département, mais aussi l’installation de nouveaux panneaux sur l’A1, axe routier majeur emprunté par des millions de véhicules chaque année.

VALLÉE DE LA SOMME, VALLÉE IDÉALE
Un nouveau Schéma départemental de développement touristique, actuellement en cours d’élaboration, visera à définir nos priorités et nos actions de promotion de la destination Somme. C’est aussi dans cette optique que la majorité départementale a décidé de relancer le projet de valorisation touristique de la Vallée de la Somme, afin de renforcer notre attractivité au niveau national et européen.

Outre les travaux de développement de la Véloroute, le parcours des belvédères et les Maisons de la Vallée, la reprise de ce Grand Projet s’inscrit pleinement dans une approche novatrice en matière d’animation touristique : d’une part, par sa dimension géographique (de Saint-Quentin dans l’Aisne à Saint-Quentin-en-Tourmont, aux portes de la Baie de Somme) ; d’autre part, par la mobilisation de nombreux partenaires, publics et privés (tour operators, croisiéristes ou encore bistrots de pays), tous unis dans un véritable projet naturel, économique et culturel au cœur du département.

Nous sommes convaincus du potentiel de notre Vallée commune. Il nous appartient, dès aujourd’hui, de rêver cette « Vallée idéale », comme s’y amuserait Jules Verne, et de pouvoir la partager avec nos hôtes venus du monde entier. Ils sont déjà plus de 2 millions à visiter la Somme chaque année, générant à la fois des dizaines de millions d’euros de dépenses directes et des centaines d’emplois non délocalisables.

Tourisme de nature, tourisme mémoriel, tourisme de loisirs : les élus de la majorité départementale ont a cœur de soutenir l’activité économique et touristique en continuant d’investir pour l’attractivité du territoire, l’emploi, la sauvegarde et la protection de notre patrimoine. Bel été à tous !

COMPTE ADMINISTRATIF 2018 : NOTRE COLLECTIVITÉ SE PORTE MIEUX, ET CELA SE VOIT

C’est une session particulièrement dense, puisque ce ne sont pas moins de 26 rapports, sans compter les vœux, motions et amendements, sur lesquels les élus départementaux se sont prononcés les 26, 27 et 28 juin.

LA SOMME, DÉPARTEMENT BIEN GÉRÉ
Dans son propos d’ouverture, le Président Laurent Somon a mis en évidence le cap suivi par notre majorité depuis 2015. La « pente était forte » mais nous récoltons, aujourd’hui, les fruits de nos efforts. Notre vision, et les transformations qui ont été initiées ou poursuivies en 2018, ont permis de récupérer des marges de manœuvre qui aujourd’hui nous permettent d’impulser de nouveaux projets, de nouvelles actions, dans de nombreux domaines, au service des samariens :

  • une nouvelle démarche d’innovation départementale : il s’agit d’engager des mesures pour l’amélioration du bien être des habitants et des acteurs de notre collectivité par des modes de construction de nos politiques publiques, sur un mode plus participatif et mieux ancré sur le terrain ;
  • une stratégie pour faire de la Vallée de la Somme « une Vallée idéale » : la reprise de ce Grand Projet s’inscrit dans une approche novatrice en matière d’animation touristique, par sa dimension géographique et par la mobilisation de nombreux partenaires, publics et privés, tous unis dans un véritable projet naturel, économique et culturel.

En 2018, comme en 2016 et en 2017, nous n’avons pas augmenté les impôts locaux, soit le taux départemental sur le foncier bâti. Engagement tenu ! Mieux, nous avons désendetté le Département, tout en améliorant l’année dernière encore notre capacité de désendettement, passant de 4,27 à 3,19 années.

UNE VISION SAINE ET PRAGMATIQUE DE L’UTILISATION DES DENIERS PUBLICS
Nous n’allons pas laisser filer l’emprunt, comme le souhaiterait l’opposition, sous prétexte que « les taux sont bas » ! Leurs analyses et leurs préconisations diffèrent encore une fois totalement des nôtres.
Les emprunts d’aujourd’hui sont, nous le savons tous, les impôts de demain ! 
Nous avons réduit notre recours à l’emprunt en 2018, passant de 35M€ à 12,8M€. Quant à notre encours de dette, il baisse de près de 10M€ entre 2017 et 2018.

Par ailleurs, nous n’avons pas pour ambition d’augmenter nos dépenses de fonctionnement à la limite de ce que l’État nous impose. Nous avions en juin 2018 acté notre refus de signer le Pacte financier liant l’État à notre collectivité. Nos résultats en la matière sont à souligner, puisque nos dépenses de fonctionnement baissent de 2,44% en 2018.

Notre opposition nous reproche un « coup de vis supérieur à ce qui nous est demandé ». Nous leur répondons : innovation frugale. Nous avons à cœur de porter l’innovation départementale comme pilier transversal de nos politiques. Faire mieux avec moins, c’est possible. Si nous ajoutons à cela qu’en 2018, avec 69,6M€, nos investissements, hors dette, ont dans le même temps augmenté de 12,6 %, vous comprendrez aujourd’hui pourquoi notre majorité est satisfaite du chemin parcouru.

Ces résultats, nous les partageons cependant avec les 2 700 agents de notre administration qui donnent, toute l’année, le meilleur d’eux-mêmes dans les territoires, au plus proche des usagers. Le Conseil départemental de la Somme change, se modernise et s’attache davantage que dans le passé à valoriser ses projets et ses réalisations, dont les agents départementaux sont aussi les artisans. Nous tenons à les remercier pour leur engagement et leur dévouement, dans leur travail au quotidien, comme dans le redressement de notre collectivité.

DÉFENDRE L’INTÉRÊT DES SAMARIENS ET DE NOS TERRITOIRES
Le Compte Administratif nous a donné l’occasion de déposer plusieurs vœux, et toujours dans le même esprit, celui qui nous anime depuis 2015 : aucune posture politicienne, juste du factuel, du concret et du bon sens.

En particulier, nous avons présenté un vœu intitulé : « Pour nos territoires : réinventons un urbanisme rural ». Trop souvent les élus locaux se plaignent de l’avis parfois incompréhensible des services de l’État en matière d’instruction de certificats d’urbanisme ou de plans locaux d’urbanisme, notamment en milieu rural. Pourtant, nous savons quel’attractivité territoriale passe par un équilibre concerté entre les agglomérations, les bourgs centres et les communes rurales. C’est pourquoi nous demandons à Madame la Ministre chargée de la cohésion des territoires de faire confiance aux élus locaux et de réfléchir à la mise en place d’une démarche expérimentale dans la Somme pour traiter des problématiques locales.

Nous avons également soumis un vœu visant à dire « non aux fermetures de centres d’impôts dans le département de la Somme ». En effet, plusieurs centres ou de trésoreries seraient menacés de fermeture ou de transfert d’activité. Pour nous, il en est hors de question. Nous demandons donc à Monsieur le Ministre de l’Action et des Comptes publics, de surseoir à tout projet de fermeture pour tenir compte des besoins des habitants, des entreprises, des communes, et des élus locaux que nous sommes.

Vous pouvez compter sur les élus de la majorité départementale pour vous aider, vous accompagner, vous défendre et ainsi poursuivre notre engagement au service de tous les samariens.

GRAND DÉBAT NATIONAL : FAIRE CONFIANCE AUX DÉPARTEMENTS !

Réunis en session extraordinaire pour le grand débat départemental le 4 mars dernier, les élus de la majorité départementale ont souhaité participer à la résolution de cette crise, née du sentiment d’oubli des territoires, notamment ruraux. Il s’agit maintenant de redonner du sens à l’engagement des élus locaux, et plus particulièrement des élus départementaux dont la proximité, le pragmatisme et la responsabilité sont gages de respect et d’écoute de nos concitoyens.

Au cours de cette session, les élus ont ainsi débattu de cinq thèmes en relation avec les compétences du Conseil départemental. Voici nos propositions.

SOLIDARITÉS SOCIALES
– Réaffirmer le principe de compensation par l’État des dépenses sociales obligatoires imposées aux Départements (RSAAPA, PCH) dont le reste à charge, pour notre collectivité, est estimé à plus de 60 millions d’euros en 2019 ;
– Impliquer les collectivités territoriales dans la construction des politiques publiques qui les concernent et leur donner un réel droit à l’expérimentation ;
– Confier à l’État la responsabilité complète de la politique migratoire ;
– Donner aux Conseils départementaux des moyens dignes de ce nom pour répondre aux enjeux de l’insertion des jeunes sortant de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) ;
– Simplifier la structuration administrative du RSA et systématiser les contreparties à son versement en vue de favoriser le retour à l’emploi allocataires ;
– Pour le bien de nos aînés, confier aux Départements la totalité des compétences pour les EHPAD et simplifier leur financement ;
– L’aide à domicile pourrait devenir une compétence obligatoire des EPCI (Communautés de communes ou d’agglomération), le Département étant positionné sur la coordination du dispositif.

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
– Achever le transfert aux Départements des routes nationales, encore sous la responsabilité de l’État (RN25 dans la Somme) ;
 Faire confiance aux Départements, gestionnaires du réseau routier, pour moduler la vitesse maximale autorisée, permettant une véritable cohérence et une adaptabilité propre à chaque route ;
– Simplifier les procédures relatives aux projets d’infrastructures (érosion, prévention des inondations, etc.);
– Laisser aux EPCI la possibilité de se doter d’une voirie communautaire ;
– Simplifier les règles de gestion des voies navigables ;
– S’appuyer sur les collectivités locales en matière d’ingénierie territoriale plutôt que de créer des structures parallèles voire de nouvelles agences de l’État.

ÉDUCATION, SPORT ET CULTURE
– Lever les freins règlementaires pour ouvrir les équipements départementaux (comme les collèges) aux associations locales, au grand public ;
– Simplifier les procédures de transfert de propriété des collèges ;
– Créer les conditions fiscales de développement du bénévolat dans le milieu associatif : face à la crise du bénévolat, il y a ici un risque majeur pour la cohésion des territoires, la dynamisation du milieu rural et l’éveil de notre jeunesse ;
– Donner aux collectivités territoriales les moyens d’entretenir le patrimoine national vieillissant, patrimoine que l’État a cédé sans compensation.

TRANSITION ÉCOLOGIQUE
– Accroître les aides aux ménages en faveur de la transition écologique, comme nous l’avons fait avec l’aide à la conversion au bioéthanol des véhicules roulant à l’essence ou l’aide à l’amélioration des logements ;
– Demander à l’État de respecter ses engagements de 2017 (soutien à hauteur de 1 milliard d’euros) permettant lelancement des travaux du Canal Seine-Nord Europe, outil essentiel de transport d’intérêt européen et de développement territorial.

FISCALITÉ DÉPARTEMENTALE
– Maintenir la taxe sur le foncier bâti, impôt local, dans les recettes départementales ;
– Obtenir de l’État une plus juste répartition des produits des radars automatiques ;
– Simplifier les multiples fonds de péréquation verticaux et horizontaux existants ;
– Demander à l’État qu’il s’applique à lui-même la règle d’or budgétaire respectée par les collectivités territoriales : les emprunts ne doivent pas servir à payer des dépenses de fonctionnement. Dans la Somme, nos efforts portent leurs fruits : nous désendettons la collectivité depuis 2018.

En se rendant le 29 mars dernier à l’Élysée, avec d’autres élus des Hauts-de-France, pour rencontrer le Président de la République, notre Président Laurent Somon a demandé, au nom du Département, des actes forts pour la Somme : outre le chantier du Canal Seine-Nord Europe, le lancement du chantier de la liaison TGV Amiens-Roissy ou encore une décentralisation des décisions d’urbanisme en milieu rural, trop souvent déconnectées du terrain.

Par ces propositions concrètes, nous demandons à l’État de se recentrer sur ses missions prioritaires et de faire davantage confiance aux élus locaux. Nous avons cherché à répondre à vos préoccupations, à mieux prendre en compte les réalités des territoires et ainsi rendre votre quotidien plus simple.

UN BUDGET 2019 SOLIDE ET SOLIDAIRE

Grâce aux efforts de gestion de notre collectivité et aux économies de fonctionnement réalisées, nous avons voté un Budget Primitif 2019 sans augmentation d’impôts, comme c’est le cas depuis 2015. C’est un budget sincère et solide qui répond à vos besoins (enfance, personnes âgées, scolarité…) et qui permet d’investir pour moderniser notre département et répondre à vos attentes.

85 MILLIONS D’EUROS D’INVESTISSEMENT
Ce budget s’équilibre à plus de 653 millions d’euros. Cette année encore, nous allons tenir nos engagements : ne pas augmenter le foncier bâti pour la 4ème année consécutive, maintenir un taux d’autofinancement de 10 à 11% pour investir, tenir notre capacité de désendettement inférieure à 5 ans, investir massivement pour nos territoires, maîtriser nos dépenses de fonctionnement.

Grâce aux efforts réalisés, nous pouvons cette année augmenter notre capacité d’investissement de près de 10 millions d’euros, passant de 75 à 85 millions d’euros. C’est un signe fort pour l’économie locale et qui nous permet de soutenir des projets nécessaires et attendus, comme la rénovation des établissements pour nos personnes âgées ou handicapées, le développement du très haut débit par le déploiement de la fibre, l’élaboration d’un nouveau plan d’action touristique, l’aide à l’attractivité des bourgs-centres ou encore la modernisation des collèges.

Par ailleurs, et comme nous nous y étions engagés dès le début du mandat, nous poursuivons et amplifions l’investissement sur nos routes départementales, si indispensables en milieu rural pour travailler, emmener nos enfants à l’école ou rendre visite à nos aînés.

Par ailleurs, nous avons décidé :

  • d’augmenter le budget dédié au fonctionnement des établissements pour personnes âgées, ainsi que les dépenses de la mission Enfance et famille ;
  • de revaloriser le coût horaire pris en charge par le Conseil départemental pour les aides à domicile en modes prestataire et mandataire, mais aussi les taux 2 et 3 de l’allocation départementale de scolarité (ADS) ;
  • de créer une nouvelle aide forfaitaire pour lutter contre la précarité énergétique des ménages les plus modestes ;
  • de participer, pour les publics les plus fragiles, au financement du kit éthanol des voitures en complément de l’aide donnée par la Région Hauts-de-France ;
  • de continuer à tout mettre en oeuvre pour accompagner les allocataires du RSA vers un retour à l’emploi et en particulier favoriser leur entrée en formation.

Ce budget d’actions, de proximité et d’ambition est un budget solide et solidaire, responsable et plein d’espoir pour ce département.

AUX CÔTÉS DES SAPEURS-POMPIERS VOLONTAIRES,
DES ACTEURS DE L’INSERTION ET DU CANAL SEINE-NORD EUROPE

Nous avons profité de cette session budgétaire pour présenter plusieurs vœux, visant à défendre notre territoire et ses habitants.

Tout d’abord, une intervention pour défendre l’engagement des sapeurs-pompiers volontaires de notre département. En février 2018, la Cour européenne de justice a reconnu la qualité de travailleur à un sapeur-pompier volontaire. La transposition de cette directive conduirait à plafonner de manière cumulative le travail du salarié à son activité de sapeur-pompier volontaire, et aurait d’indéniables conséquences sur quelques 2 000 personnes qui servent dans la Somme.
Partenaire de premier plan du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS 80), nous avons demandé au Ministre de l’intérieur d’agir auprès de l’Union Européenne pour sécuriser l’engagement de nos sapeurs-pompiers volontaires en complément de leur activité professionnelle.

Nous avons ensuite souhaité soutenir l’action des Groupements d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification (GEIQ) : ces structures organisent des parcours d’insertion par l’activité économique adaptés aux besoins des salariés et des entreprises locales adhérentes en favorisant notamment la montée en qualification des publics éloignés de l’emploi.
Leur action, pourtant très bénéfique pour notre territoire, est aujourd’hui remise en cause dans leur modèle de financement. À l’heure où le Gouvernement réforme le système de la formation et afin d’assurer une continuité de service, nous demandons à la Ministre du travail de garantir le modèle spécifique de financement des GEIQ dans les services d’aide à domicile.

Enfin, nous avons une nouvelle fois défendu le canal Seine-Nord Europe, parce que nous croyons à ce projet structurant et qu’il est essentiel pour l’attractivité de nos territoires et la création de milliers d’emplois non délocalisables.
Au moment où le Département s’apprête à voter un premier financement de 2,5 M€ sur les travaux, au moment même où l’Union Européenne est sur le point de confirmer son intérêt pour la réalisation et le financement (pour moitié !) de ce projet, il est désormais essentiel que la convention de financement définitive soit rapidement finalisée. Seul l’État manque à l’appel : nous lui demandons donc de confirmer dans les meilleurs délais son engagement à financer cette opération.

Vous pouvez compter sur nous, élus de la majorité départementale, pour poursuivre au quotidien notre travail et notre action, dans votre intérêt et celui de notre département.

Un Budget 2019 solide et solidaire

Grâce aux efforts de réorganisation de notre collectivité et les économies de fonctionnement réalisées, nous présentons un budget 2019 sans augmentation d’impôts, comme c’est le cas depuis 2015.
Un budget sincère et solide qui répond à vos besoins (enfance, personnes âgées, scolarité…) et permet d’investir pour moderniser notre département et forger un projet d’avenir.

Notre budget s’équilibre aujourd’hui à plus de 653 M€.

Cette année encore, nous allons tenir nos engagements : ne pas augmenter le foncier bâti pour la 4ème année consécutive, maintenir un taux d’autofinancement de 10 à 11% pour investir, tenir notre capacité de désendettement inférieure à 5 ans, investir massivement pour nos territoires, maîtriser nos dépenses de fonctionnement.

Grâce aux efforts réalisés depuis notre arrivée, nous pouvons cette année augmenter notre capacité d’investissement de près de 10 millions d’euros, passant de 75 à 85 millions d’euros. C’est un plus pour l’économie locale.

Cela va nous permettre de soutenir des projets nécessaires et attendus comme la rénovation des établissements recevant des personnes âgées et handicapées, le développement du très haut débit Internet, l’élaboration d’un nouveau plan d’action touristique, l’aide au développement et à l’attractivité des bourgs-centres et la modernisation des collèges.
Par ailleurs, et comme nous nous y étions engagés dès le début de notre mandat, nous poursuivrons et amplifierons l’investissement sur nos routes départementales si indispensables en milieu rural pour travailler, emmener nos enfants à l’école, rendre visite à nos aînés.

Mais ce n’est pas tout, puisque les économies réalisées vont nous permettre également :

– d’augmenter les dépenses de la mission enfance et le budget dédié au fonctionnement des établissements pour personnes âgées.
– de revaloriser le coût horaire pris en charge par le Conseil départemental pour les aides à domicile en modes prestataire et mandataire, mais aussi les taux 2 et 3 de l’allocation départementale de scolarité.
– de créer une nouvelle aide forfaitaire pour lutter contre la précarité énergétique des ménages les plus modestes
– de participer, pour les publics les plus fragiles, au financement du kit éthanol des voitures en complément de l’aide donnée par la Région
– de continuer à tout mettre en oeuvre pour accompagner les allocataires du RSA vers un retour à l’emploi et en particulier favoriser leur entrée en formation.

Ce budget d’actions de proximité et d’ambition pour l’avenir est un budget solide et solidaire, un budget responsable et plein d’espoir.

Zoom sur trois points

Nous avons profité de cette session budgétaire pour présenter plusieurs interventions, visant à défendre notre territoire et ses habitants.

Tout d’abord, une intervention pour défendre l’engagement des sapeurs-pompiers volontaires de notre Département.
En février 2018, la Cour de justice Européenne a reconnu la qualité de travailleur à un sapeur-pompier volontaire. La transposition de cette directive européenne conduirait à plafonner de manière cumulative le travail du salarié à son activité de sapeur-pompier volontaire. Cela aurait d’indéniables conséquences sur l’engagement des quelques 2 000 personnes qui servent dans la Somme.
Face à ce constat, en tant que partenaire de premier plan d’un Service Départemental d’Incendie et de Secours, nous demandons au Ministre de l’intérieur d’agir auprès de l’UE pour sécuriser l’engagement de nos sapeurs-pompiers volontaires en complément de leur activité professionnelle.

Ensuite, une intervention pour soutenir l’action des Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification. Ces «GEIQ»  organisent des parcours d’insertion par l’activité économique adaptés aux besoins des salariés et des entreprises locales adhérentes en favorisant l’insertion et la qualification de publics éloignés de l’emploi. L’action du GEIQ 80 est très bénéfique pour notre territoire.
Cependant, leur modèle de financement est aujourd’hui remis en cause…
A l’heure où le Gouvernement réforme le système de la formation et afin d’assurer une continuité de service, nous demandons à la Ministre du travail de garantir le modèle spécifique de financement des GEIQ dans les Services d’aide à domicile.
   
Enfin, une intervention sur le Canal Seine Nord Europe. D’une part, parce que nous croyons dans ce projet structurant et d’autre part, car nous estimons qu’il est essentiel pour l’attractivité de nos territoires et la création d’emplois.
En effet, au moment où notre Assemblée départementale s’apprête à voter un premier financement de 2,5 M€ sur les travaux, au moment où l’Union européenne est sur le point de confirmer son intérêt pour la réalisation et le financement de ce projet, il est désormais essentiel que la convention de financement définitive soit rapidement finalisée.
C’est pourquoi nous demandons à l’Etat de confirmer dans les meilleurs délais son engagement à financer cette opération.

Les 26 élus de la majorité départementale poursuivront, tout au long de l’année, leur travail au quotidien pour agir dans l’intérêt des habitants et l’avenir de notre beau département.

TROIS ANS DE TRAVAIL À VOTRE SERVICE ET AU SERVICE DE LA SOMME

Au printemps 2015, vous nous avez confié la responsabilité du Conseil départemental de la Somme. Depuis plus de trois ans, nous n’avons eu de cesse d’améliorer les actions départementales au service de ses habitants, tout en investissant pour l’attractivité et l’avenir de nos territoires.

Pour ce faire, nous avons mis en place une méthode de travail : analyser chaque action afin de les rendre meilleures pour vous. Dès notre arrivée, nous avons dû faire face à différentes contraintes extérieures : la perte de la compétence des aides aux entreprises et à la création d’emplois, le transfert de la compétence « transports scolaires » au profit de la nouvelle Région, des incertitudes sur les dotations de l’État ou encore la progression de certaines dépenses incompressibles. C’est pourquoi nous avons commencé par un audit des finances départementales qui nous a permis de mesurer le niveau exact des difficultés financières auxquelles nous devrions faire face durant tout le mandat.

Cette analyse a abouti à un grand projet de refondation qui se traduit par la modernisation de nos actions et de la collectivité, l’abandon des politiques les moins efficaces ou pertinentes et la nécessité de faire constamment des économies de fonctionnement.

Ce travail nous a guidés vers un triple objectif financier :

  • ne pas augmenter le taux du foncier bâti durant le mandat (le seul impôt que perçoit notre collectivité) ;
  • continuer à investir pour le développement du département ;
  • limiter les emprunts qui représentent en réalité les impôts de demain.

Durant ces trois années, nous avons donc travaillé. Nous avons rencontré les acteurs du territoire, les présidents d’associations, les élus locaux, les directeurs des maisons de retraite, les organisations professionnelles agricoles… en réalité, tous les corps intermédiaires. Nous nous sommes attachés à être toujours présents dans nos cantons respectifs pour être à vos côtés, vous écouter, répondre à vos questions et vous accompagner dans vos démarches. C’est de ce travail collectif au sein de la majorité, et sous l’impulsion du Président Laurent Somon, que s’est construite notre feuille de route.

Certes, nous n’avons pas fait beaucoup de communication. Nous avons préféré mettre notre énergie et notre temps à travailler sur tous les sujets pour aboutir à un document de plus de 700 pages nommé « Refondation » qui redéfinit toutes les politiques du Conseil départemental, tout ce que nous voulons mettre en œuvre.

Durant ces trois premières années, le dialogue démocratique avec notre opposition, aussi diverse soit elle, a été dense. Nous avons souhaité en écarter toutes les postures politiciennes et le « dépenser toujours plus » pour ne retenir que les débats constructifs.

Loin de toute démagogie, nous avons toujours été pragmatiques, ce qui nous a permis d’adapter nos politiques au fil de l’actualité et des nouveaux besoins constatés.

Élus responsables, nous saluons le travail et les compétences des agents départementaux qui nous aident au quotidien à mettre en place nos orientations.

Les décisions ont parfois été difficiles à prendre, nous le savons. Nous avons dû faire des choix, dégager des priorités, avec responsabilité et sans facilité :

  • soutenir les communes et leurs intercommunalités dans leurs projets d’investissement pour améliorer votre cadre de vie ;
  • démultiplier les travaux d’entretien, d’extension et de rénovation dans nos collèges pour la réussite de nos élèves ;
  • organiser des parcours d’insertion résolument tournés vers l’emploi ;
  • investir massivement pour l’entretien de nos routes et nos ponts, plutôt que de mettre beaucoup d’argent dans des projets pharaoniques ;
  • prendre soin de nos personnes âgées dépendantes sur tout le territoire ;
  • maintenir notre soutien aux sapeurs pompiers de la Somme ;
  • accélérer l’accès à un Internet de qualité, principalement en milieu rural ;
  • développer l’accès aux produits agricoles locaux pour les cantines ou les maisons de retraite ;
  • mettre en valeur les nombreux atouts touristiques de notre département ;
  • aider les 800 clubs sportifs amateurs de nos villes et nos villages ;
  • mettre en place une politique culturelle qui couvre aujourd’hui l’ensemble du territoire ;
  • assumer pleinement notre devoir de mémoire et le souvenir patriotique avec le Centenaire de la Grande Guerre.

Depuis trois ans nous avons travaillé, sans relâche. C’est pourquoi nous pouvons dire aujourd’hui : promesse tenue !Nous avons remis en ordre les finances départementales et nous avons su mettre en place, comme vous avez pu le voir au travers de ce document, de nombreuses actions pour vous, pour nos enfants, pour nos aînés.

Ces efforts doivent naturellement être maintenus, mais nous pouvons envisager l’avenir plus sereinement.

Durant les mois qui viennent, nous allons continuer à travailler pour redonner de l’attractivité à nos territoires et les dynamiser. Nous continuerons à aller à votre rencontre pour vous écouter, vous aider, vous défendre, car c’est l’engagement que nous avons pris devant vous.

Vous pouvez compter sur chacune et chacun d’entre nous.

DÉBAT D’ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2019 : MAÎTRISE, AMBITION ET ACTION

Après ces trois premières années de mandat, de nouvelles orientations politiques ont été présentées à l’occasion du Débat d’Orientations Budgétaires pour l’année 2019. Cette session fut l’occasion de rappeler le contexte national dans lequel évolue le Conseil départemental et notre ambition pour une Somme au service de ses habitants.

UNE GESTION RESPONSABLE
En matière de finances publiques locales, les saisons passent et se ressemblent : les contraintes budgétaires qui pèsent sur nos collectivités territoriales, en particulier sur les Départements, demeurent très lourdes. Les effets conjugués du gel des dotations, de la non compensation des Allocations Individuelles de Solidarité (RSA en tête) et de la hausse continue des dépenses sociales au sens large grèvent sérieusement les capacités d’action des Départements, notamment des plus ruraux.

Ces dépenses, que nous ne pouvons contrôler, sont autant de menaces pour la santé financière des Conseils départementaux. L’accord trouvé par l’Assemblée des Départements de France pour mettre en œuvre, en 2019, un fonds de solidarité entre Départements de 250 millions d’euros ne doit pas masquer l’inquiétude face aux contraintes nouvelles que l’État risque d’imposer aux collectivités.

Elles qui, pourtant, se montrent exemplaires en matière de maîtrise budgétaire. C’est le cas dans notre Département. En 3 ans, nous avons réduit significativement les dépenses de fonctionnement :
– 250 000 € sur la communication ;
– 230 000 € sur les carburants ;
– 950 000 € sur les frais de voyage et les déplacements ;
– 650 000 € sur le nettoyage des locaux départementaux ;
– 150 000 € sur les frais de cérémonies (soit une baisse de plus de moitié par rapport à l’ancienne majorité !)

Ces efforts, nous les avons réalisés depuis notre arrivée. Nous n’avons pas eu besoin d’un quelconque “Pacte” du Gouvernement pour être au rendez-vous de ce que les samariennes et les samariens attendent de nous : être une collectivité responsable, de proximité, au service de tous. Là aussi, l’actualité nous rattrape : entre l’État et les collectivités, il faut des règles plus justes pour une confiance renouvelée.

DES AMBITIONS FORTES, DES ACTIONS CONCRÈTES
Dans la continuité du travail conduit par notre majorité, nous faisons de la maîtrise de la dépense publique une priorité absolue. Après avoir désendetté le Département de plus de 15 millions d’euros en 2018, nous avons baissé l’encours de la dette de 3,38%.

Cette exemplarité budgétaire nous permet de réaffirmer que nous n’augmenterons pas les taux d’imposition départementaux (à savoir le foncier bâti), ni en 2019, ni durant le reste du mandat, comme nous nous y étions engagés. Par ailleurs, grâce à cette gestion, nous dégageons de nouvelles marges de manoeuvres en termes d’investissement :

  • Nous améliorons sensiblement la qualité de nos infrastructures routières, qui en avaient bien besoin ;
  • Nous favorisons le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes et nous soutenons les projets d’investissement des établissements. Nous créons en 2019 un fonds de soutien aux travaux de réhabilitation des EHPAD, mais également des établissements accueillant des adultes handicapés dans la Somme ;
  • Nous encourageons, par nos dispositifs d’insertion, par le Fonds Social Européen (FSE) et ses appels à projets, le retour à l’emploi des allocataires du RSA, car remettre les samariens au travail est l’une de nos priorités ;
  • Nous poursuivons par ailleurs nos investissements lourds pour la modernisation et la sécurisation des collèges de la Somme ;
  • Nous continuons d’accompagner les communes et les intercommunalités dans leurs projets d’investissement, sans oublier notre soutien aux acteurs touristiques, aux acteurs du sport, de la culture, ou encore nos aides au secteur agricole et agro-industriel, véritable vecteur d’emploi dans nos territoires.

Le soutien du Conseil départemental au projet de Canal Seine-Nord Europe reste total : les premiers financements de ce maillon stratégique, qui traversera notre territoire et qui développera l’emploi et l’intermodalité, interviendront cette année.

Ainsi, 81 millions d’euros d’investissement seront inscrits en 2019 (c’est 11% de plus qu’en 2018) et d’autres projets définis par notre feuille de route seront mis en oeuvre : le déploiement d’ici 2024 de la Fibre optique dans toute la Somme, l’élaboration d’un plan départemental des aires de co-voiturage ou encore la relance du projet de valorisation de la Vallée de la Somme.

Nous n’oublions pas celles et ceux qui vivent, étudient ou travaillent dans nos campagnes. Notre ruralité a besoin d’une attention particulière, d’engagements forts. Il nous faut transformer ces territoires pour qu’ils soient plus attractifs, plus numériques. Nous voulons être ce “bouclier rural” qui accompagne nos villages comme nos centre-bourgs. Notre majorité répondra à cet objectif au travers de sa politique territoriale, mais aussi par la création d’un dispositif de soutien spécialement dédié à l’aménagement des centre-bourgs.

Des projets et des actions concrètes donc, dans tous les domaines, comme le demandent les habitants de ce département. Vous pouvez compter sur les élus de la majorité départementale pour poursuivre leur engagement pour la Somme. Belle année à toutes et tous !

VIABILITÉ HIVERNALE :
LE DÉPARTEMENT 100% MOBILISÉ

En hiver, les chutes de neige ou la formation de verglas peuvent perturber les conditions de circulation sur nos routes. Le Conseil départemental, gestionnaire de 4600km de voirie sur l’ensemble du territoire, active durant cette période un dispositif spécial de viabilité hivernale.
Objectif : garantir la sécurité et la mobilité des automobilistes.

 


PRÉVENIR POUR MIEUX AGIR
L’anticipation des phénomènes de grand froid et des intempéries est l’une des clés de voûte du Conseil départemental pour lutter contre le risque de paralysie du trafic routier. À cette occasion une cellule de veille, active 7/7j et 24/24h, vérifie depuis notre centre routier d’Amiens-Glisy l’état des routes et anticipe l’évolution des conditions météorologiques en lien avec Météo France.

Sur le terrain, des agents coordinateurs patrouillent sur les routes prioritaires du réseau départemental, observent et relèvent la température au sol et dans l’air ainsi que les points de rosées. Une fois ces informations collectées, le veilleur peut déclencher les équipes d’astreinte du Conseil départemental.

Deux types d’intervention peuvent être opérés :

  • Les interventions à titre préventif : opérations de salage simple, en prévision de neige et/ou de verglas ;
  • Les interventions à titre curatif : opérations de salage si le givre s’est posé sur la route, et de déneigement le cas échéant.

L’évolution de la situation peut être suivie par tous les habitants et en temps réel sur le site Internet www.info-route80.fr
 


UNE ORGANISATION RÉFLÉCHIE ET PARTENARIALE
Entre novembre et avril, le Conseil départemental de la Somme met donc en place une organisation adaptée afin de traiter le plus rapidement et efficacement possible les 2000km de routes absorbant plus de 80% du trafic.

Aussi, le traitement du réseau est classifié, avec des interventions progressives :
En premier lieu, les 2 000 km de routes dites « structurantes » (classe 1) sont principalement déneigés pour rester accessibles ;
Ensuite, les 1 500 km de routes dites « principales » (classe 2).

Pour rendre opérationnel ce dispositif, de nombreux moyens humains et logistiques sont déployés :

  • 270 agents départementaux au quotidien dont une cinquantaine d’agents d’astreinte prêts à intervenir en cas de déclenchement, de mise en place de restrictions de circulation ou encore de barrières de dégel ;
  • 34 camions avec lame et saleuse, équipés des dernières technologies (géolocalisation GPS, joystick, caméras embarquées…) ainsi que 9 véhicules de patrouille ;
  • 34 circuits d’intervention sur l’ensemble du territoire : la « conduite sans accompagnateur », expérimentée par les agents sur sept circuits lors de la saison 2016-2017, est désormais généralisée à l’ensemble des circuits ;
  • 6 000 tonnes de sel stockées dans nos Centres Départementaux d’Exploitation Routière (CDER) ;
  • En cas d’événement exceptionnel, un réseau d’exploitants agricoles et d’agents des communautés de communes répartis sur l’ensemble du territoire et équipés par notre collectivité de lames de déneigement.

Pour l’année 2018, vos élus départementaux ont voté des crédits à hauteur de 400 000 € permettant le fonctionnement, le paiement des achats ou prestations spécifiques à la viabilité hivernale ainsi que le versement de l’aide accordée aux communes ou structures intercommunales conventionnées avec le Conseil départemental.

BUDGET SUPPLÉMENTAIRE 2018 : NOS EFFORTS DE GESTION PORTENT LEURS FRUITS

Les 15 et 16 octobre, vos Conseillers Départementaux se sont réunis afin d’examiner le Budget Supplémentaire du Département. Il permet de réajuster le budget primitif adopté en début d’année, notamment par rapport à la progression continue des dépenses sociales. Cette session fut aussi l’occasion pour les différents groupes de la majorité de se réunir autour d’un seul et même groupe politique « Unis pour la Somme ».

DÉSENDETTEMENT, SOLIDARITÉS ET INVESTISSEMENT
Les efforts réalisés depuis le début du mandat ont permis à notre majorité de dégager un solde positif de près de 9 millions d’euros et ce malgré l’augmentation constante de nos dépenses sociales et la diminution de la participation de l’État. Des efforts de gestion courante qui, comme nous y étions engagés, font que nous puissions poursuivre le désendettement d’une part, mais surtout être en capacité d’investir pour créer de l’attractivité, de la richesse et donc de l’emploi.

Notre politique de soutien aux territoires, outre l’aide apportée aux communes et intercommunalités, va particulièrement contribuer à la revitalisation des centre-bourgs et à la mise en place d’un fonds de 400 000 € pour les communes victimes des intempéries survenues au printemps dernier. Ce dispositif, attendu, confirme le Département dans son rôle d’acteur majeur des solidarités territoriales.

Compétence importante du département, les collèges bénéficieront, grâce à nos efforts de gestion, de crédits supplémentaires pour des travaux de maintenance et de sécurisation.

DÉPENSES SOCIALES : LE GOUVERNEMENT DOIT AGIR
Nous espérions que la diminution du nombre d’allocataires du RSA, observée en 2017, se poursuivrait en 2018. Il n’en est rien : nous constatons une légère augmentation de 0,3 % sur les 6 premiers mois de l’année (elle a été de 20 % entre 2012 et 2016). De plus, l’État annonce une revalorisation du RSA de 1 %, non compensée, qui oblige le Département à inscrire 2 millions d’euros supplémentaires pour y faire face. Cette nouvelle augmentation imposée s’ajoute aux 10 % déjà consentis ces 5 dernières années et entièrement financés par les Conseils Départementaux. Le Gouvernement décide, les collectivités paient. Il en est de même en ce qui concerne la prise en charge des Mineurs Non Accompagnés (MNA) dont l’État assurait qu’il assumait son volet éducatif. Pourtant, à ce jour, nous assumons pleinement cette compétence, avec des dépenses largement en hausse. Depuis des mois, nous demandons des mesures efficaces de lutte contre les filières. Nous attendons aussi le fichier national de prise en charge des MNA pour ne pas multiplier les évaluations d’un département à un autre pour une même personne. Désormais, le Gouvernement doit agir : il s’y était engagé voici un an au congrès de l’Assemblée des Départements de France.

APPEL DE MARSEILLE : DÉFENDRE LES LIBERTÉS LOCALES
Cet engagement non tenu, comme d’autres, a poussé près de 1 500 élus locaux, dont le Président Laurent Somon, à alerter l’opinion sur les menaces qui pèsent sur les collectivités locales. Ils dénoncent un Gouvernement sourd qui, dans sa logique de recentralisation imposée, se sert des collectivités comme variables d’ajustement. C’est particulièrement le cas des Conseils Départementaux qui, après les baisses successives de dotations sous le quinquennat de François Hollande, subissent une absence de compensation pour les politiques qu’ils assument dans les territoires.

Notre majorité a réalisé plus de 5% d’économies de fonctionnement entre 2015 et 2018. Elle n’a donc pas attendu le Pacte financier, imposé aux autres collectivités locales par le gouvernement qui ne s’applique pas à lui même cette obligation !!!

Nos efforts permettent , comme nous nous y sommes engagés, de ne pas augmenter les impôts et de construire la Somme de demain.

Unis et déterminés, vous pouvez compter sur nous pour poursuivre notre engagement quotidien à votre service et au service de notre Département.

Titre Rester Informer

S'abonner à la newsletter
Logo conseil departemental de la Somme
Accueil du Département
43 rue de la république
CS 32615
80026 Amiens cedex 1

Tél : 03 22 71 80 80
  • Picto Twitter
  • Picto Facebook
  • Picto Yourube
Logo conseil departemental de la Somme
Besoin d’informations,
de renseignements ? Icône enveloppe