En 1 clic Votre profil Nous contacter
Remonter en haut de page

Somme à gauche

Mise à jour le 14/10/2019
J'aime

Le groupe  Somme à gauche dénombre 9 élus.
Président du groupe : Francis Lec

Membres : Catherine Bénédini, Zohra Darras, Bernard Davergne, Pascal Delnef, Jean-Louis Piot, Catherine Quignon, Jean-Jacques Stoter et Nathalie Temmermann

Le contenu des tribunes est sous l’entière responsabilité des président(e)s de groupe.

Les Samariennes et les Samariens sont concernés par la privatisation des Aéroports de Paris qu’il faut stopper

Le Gouvernement a décidé, sans concertation, de privatiser les Aéroports de Paris (ADP). De nombreux Françaises et Français, de tous bords politiques se sont élevés contre cette privatisation qui est un non-sens économique et un non-sens financier. Tout cela à l’exemple du gâchis pour les finances publiques qu’a été la privatisation des autoroutes.
C’est un non-sens économique parce qu’ADP est un acteur économique majeur dans notre pays avec 600 000 emplois et représente la 1e frontière française qui gère 100 millions de passagers par an. Entreprise en plein développement, outil majeur de la transition écologique, ADP est aussi un domaine foncier de 7000 ha sur lesquels la puissance publique perdra toute influence au profit de l’entreprise privée qui pourra le dilapider.
C’est un non-sens financier. Le Gouvernement poursuit son offensive de détricotage dogmatique et systématique des services publics. Pourquoi vendre une entreprise qui génère 185 millions d’Euros de revenus à l’État chaque année et qui n’a fait qu’augmenter son chiffre d’affaire depuis 10 ans ?
Ces non-sens rappellent un triste souvenir quand en 2006 le Gouvernement dirigé par Dominique de VILLEPIN a vendu les autoroutes, construites par les contribuables, au privé et a ainsi privatisé 27 milliards de profits.

À l’initiative des parlementaires socialistes, de nombreux Députés et Sénateurs de tous bords ont lancé la première procédure de référendum d’initiative partagée, pour stopper la privatisation d’ADP.
C’est maintenant aux citoyens de prendre le relais et de transformer l’essai. Encore 6 mois pour recueillir les 4,7 millions de signatures qui permettront d’organiser le premier référendum d’initiative partagée de notre histoire et de décider collectivement du choix qui doit être fait à propos d’ADP.
Soutenez la demande de référendum sur la privatisation d’ADP en votant sur : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

4 ans de perdus par une Droite conservatrice et sans ambition pour le Département

Lors de la Session sur le Compte Administratif 2018 (26-28 juin) la majorité de droite départementale a aggravé les restrictions pour le Département et ses habitants. Malgré 81
millions d’€ d’excédents budgétaires les politiques sociales sont encore en régression.
Comment peut-on prétendre rendre plus de services à la population avec moins de moyens humains en supprimant encore 50 postes d’agents territoriaux.
Vos élus de progrès se sont attachés à démontrer durant cette Session qu’une autre politique, pour les Samariennes et les Samariens, était possible et indispensable.
Le rôle de bouclier social du Département doit être renforcé dans un contexte économique et social toujours plus tendu ; L’adoption par cette majorité du plan de lutte contre la pauvreté, négocié avec l’État, est d’une grande pauvreté. Nous avons proposé qu’il soit complété par 16 mesures concrètes, notamment :
– Le rétablissement du fonds d’aide aux cantines dans l’élémentaire
– Le redéploiement d’un véritable accueil de la petite enfance
– L’accompagnement réel vers l’emploi des jeunes
– Une constante présence des services sociaux auprès des seniors victimes de la fracture numérique.

Le Compte administratif a aussi révélé que le Département pouvait engager plus de 10 millions d’€, avec l’accord de l’État, financements qui auraient été bien utiles aux associations culturelles et sportives en danger, ainsi qu’à la rénovation des collèges.
Cependant les élus SOMME À GAUCHE ont contraint la Droite à la création d’un budget citoyen, pour une plus grande démocratie participative. C’est aussi une victoire que d’avoir exigé de la majorité départementale de reprendre le développement touristique du fleuve Somme, mis en oeuvre par la Gauche et abandonné par la Droite dès son arrivée en 2015.
Beaucoup font un constat amer : 4 années de perdues pour les emplois, le développement du monde rural et le dynamisme du Département ; Toute la Gauche a le devoir de préparer une autre alternative pour ses habitants.

Politiques départementales : nous avons besoin de votre opinion

Toute démarche politique nécessite, désormais, de la confronter à l’avis des citoyens. Les élu-e-s du groupe SOMME À GAUCHE souhaitent préparer leur projet alternatif en lien étroit avec les habitants.

A chaque session du Conseil départemental nous avons proposé, sous forme d’amendements, une autre vision de l’avenir de notre Département et de ses habitants, plus solidaire et démocratique.
Toutes ces propositions ont été rejetées stupidement par la Droite départementale qui ne souhaite pas qu’une autre politique que la sienne soit discutée ! C’est pourquoi les élu-e-s du groupe SOMME À GAUCHE ont décidé, au moyen des réseaux sociaux, de procéder à une consultation et de vous demander votre opinion.

Oui ! Une autre politique pour le Département de la Somme est possible et il faut que vous en ayez connaissance !

C’est la raison pour laquelle jusqu’au mardi 10 septembre 2019, les groupes SOMME À GAUCHE et LES ELUES ECOLOGISTES poursuivent la consultation citoyenne
sur les politiques départementales afin de permettre à chacune et chacun de s’exprimer et de donner son opinion sur ces politiques.
Pour nous, votre opinion et le débat public sont indispensables à la bonne conduite d’une collectivité comme le Conseil départemental, c’est pourquoi nous avons l’intention de vous solliciter régulièrement.

Cette Consultation citoyenne doit devenir un outil de démocratie à votre service, un moyen d’expression efficace et partagé vous permettant d’agir sur les politiques du Département.
Aussi, jusqu’au mardi 10 septembre prochain, nous vous proposons de répondre à 15 questions sur les politiques que nous pourrions mener en vous rendant sur le site suivant :

MONOPINION SURLESPOLITIQUESDEPARTEMENTALES.COM

Politiques départementales : nous avons besoin de votre opinion

Une autre politique est possible mais la majorité de droite du Conseil départemental n’en veut pas ! Lors du dernier budget, elle a rejeté en bloc l’ensemble de nos propositions. Il est indispensable que les samariens soient consultés et donnent leur avis sur les politiques départementales. Dès le 15-avril, comme pour le Revenu de Base, le groupe SOMME À GAUCHE souhaite donc de nouveau vous demander votre opinion.
Etes-vous POUR ou CONTRE ?
– L’arrêt de la suppression d’emploi des fonctionnaires départementaux qui assurent les services publics
– L’instauration d’un Revenu de Base
 notamment en faveur des 18-25 ans / Le rétablissement de crédits en faveur de la Politique de la Ville / Le rétablissement de l’aide aux cantines dans le primaire pour les familles défavorisées / Le rétablissement du financement aux Associations d’Utilité Publique (Don du sang et Lutte contre l’alcoolisme) / Le rétablissement du Fond d’aide d’urgence sociale / Le rétablissement d’un bon niveau de soutien financier au monde associatif
– La mise en oeuvre immédiate d’un programme d’amélioration et de rénovation des collèges / Le rétablissement du volet Culture dans le Pass’ Sport pour les collégiens
– L’instauration d’un Budget citoyen permettant la réalisation de projets concrets / Le rétablissement d’un Conseil Départemental Junior / La retransmission des séances du Conseil Départemental
– L’augmentation des aides aux communes de −1000 habitants / Le lancement de nouveaux investissements pour un grand projet de développement de la Vallée de Somme / Le rétablissement d’un financement aux associations de défense de la bio-diversité et d’éducation à l’environnement.
Une autre politique pour les Départements est possible. Elle passe par un renouveau démocratique et la consultation citoyenne en est l’outil.
C’est pourquoi nous vous invitons à répondre, dès le 15 avril au référendum citoyen des groupes SOMME À GAUCHE et LES ÉLUES ÉCOLOGISTES sur le site suivant :
MONOPINIONSURLESPOLITIQUESDEPARTEMENTALES.COM

FACE AU REJET DE TOUTES SES PROPOSITIONS SOCIALES, LA GAUCHE DÉPARTEMENTALE EN APPELLE À LA POPULATION POUR PLUS DE DÉMOCRATIE

Dans un contexte de grave crise sociale, le gouvernement a souhaité un Grand Débat.  Le Budget Primitif 2019 de la majorité départementale conservatrice aurait dû être un budget d’écoute et de responsabilité, qui rétablisse le Conseil Départemental dans son rôle de bouclier social en étant plus à l’écoute des samariens.
Mais, il n’en est rien. Ce Budget n’est que la poursuite d’une politique délétère envers les habitants qui souffrent, au nom du sacro-saint dogme financier sourde à toutes revendications.
Pour démontrer qu’une autre politique budgétaire est possible le groupe SOMME À GAUCHE a proposé pas moins de 18 amendements, soit 12 millions d’€, qui touchent concrètement la vie quotidienne :
Démocratie participative, citoyenneté, Éducation : Budget et Consultation  citoyenne – Retransmission en direct des débats de l’Assemblée – Rétablissement du Conseil général Junior  – Tablettes numériques pour les collégiens de 6ᵉ  – Accélération de la rénovation des collèges ;
Emploi, Territoires : Nouveaux crédits pour le maintien des emplois territoriaux – Augmentation de l’aide aux petites communes – Acte 2 du Grand Projet Vallée de Somme ;
Solidarités : Rétablissement de l’aide aux cantines  – Rétablissement  du budget des secours d’urgence – Expérimentation du REVENU DE BASE au profit, notamment des 18/25 ans ;

Toutes ces propositions ont été rejetées par les conseillers départementaux de droite qui ont perdu le sens de l’intérêt génral et tournent le dos à toute initiative pour écouter, discuter et prendre encharge les projets de la population. Ce qui motive encore plus les élus du groupe à participer au Grand Débat avec nos propositions. Cet espace doit être consacré à ouvrir la praole citoyenne et nourrir le débat démocratique. Avant l’été, le groupe SOMME À GAUCHE poursuivra ce procesus en impliquant les habitants lors de consultations citoyennes sur Internet.

FACE AU REJET DE TOUTES SES PROPOSITIONS SOCIALES, LA GAUCHE DÉPARTEMENTALE EN APPELLE À LA POPULATION

Dans un contexte de grave crise sociale, ce Budget Primitif 2019 de la majorité départementale conservatrice aurait dû être un budget de responsabilité, qui rétablisse le Conseil Départemental dans son rôle de bouclier social.
Mais, il n’en est rien. Ce Budget n’est que la poursuite d’une politique délétère envers les habitants de la Somme qui souffrent. au nom du sacro-saint dogme financier.
Pour démontrer qu’une autre politique budgétaire est possible le groupe SOMME À GAUCHE a proposé 18 amendements concrets qui touchent la vie quotidienne des habitants :
1M€ POURGarantir les services publics de proximité/ 0,105M€ POUR Renforcer la démocratie avec la retransmission en direct des Sessions – Le rétablissement du Conseil Départemental Junior – La création d’un Budget Citoyen/0,05M€ POUR Une expérimentation du Revenu de Base/ 5000€ POUR Rétablir l’aide aux associations qui interviennent pour le lien social dans la Somme/1,2M€ POUR Un meilleur suivi des allocataires du RSA0,7M€ POURLe Rétablissement d’un budget décent pour les Secours d’Urgence/ 0,14M€ POUR La Biodiversité et l’Éducation à l’environnement/ 0,1M€ POUR Le BioEthanol en faveur du pouvoir d’achat/ 2,5M€ POUR l’Aménagement du territoire et l’aide aux petites communes/ 3M€ POUR l’Acte 2 du Grand Projet Vallée de Somme/ 0,45M€ POUR Le maintien de la Politique de la ville/ 3M€ POUR Accélérer la rénovation des Collèges/ 0,1M€ POUR Favoriser l’accès à la culture des jeunes collégiens avec le Pass’Sport et Culture/ 0,45M€ POUR Des tablettes numériques pour les collégiens/ 1,2M€ POUR Rétablissement du budget pour le monde associatif.
Toutes ces propositions ont été rejetées par les Conseillers départementaux de droite qui ont perdu le sens de l’intérêt général et tournent le dos à toute initiative pour écouter, discuter et prendre en charge les projets de la population.
Ces rejets sont inacceptables et le groupe SOMME À GAUCHE fera prochainement appel à votre avis lors de consultations citoyennes avant l’été.

Bilan de la majorité de droite : 3 ans ça suffit !

Dès le départ de la Gauche du Président Manable en 2015, on assiste à une baisse de 6,5% des dépenses de fonctionnement entraînant une chute des services aux publics :
La Politique de la Ville abandonnée; 62% des Centres Médicaux Sociaux fermés; la disparition de 18 Centres d’Exploitation Routière sur 35; l’abandon du Grand Projet Vallée de Somme pourtant pourvoyeur d’investissements et donc d’emplois; la tentative scandaleuse de suppression de 3 collèges dont tout le monde se souvient; la baisse de 50% entre 2015-2018 des dotations versées aux collèges publics; la réduction de 26% des bourses scolaires; le recul de 28% des secours d’urgence attribués aux citoyens en difficultés; la suppression de 4M€ des moyens alloués aux associations et principalement dans le domaine de la culture; la baisse de la contribution versée aux soldats du feu(-10% entre 2015 et 2017); enfin, des dépenses de personnel qui ont fortement baissées de 3,6% avec la suppression de près de 180 emplois et toutes leurs conséquences sur les services publics et les conditions de travail des employés.
Enfin, la baisse des crédits d’investissement (-22% entre 2015-2017), alors que la Chambre régionale des Comptes valorisait la gestion de la Gauche en 2015.

Le bilan de la Droite est catastrophique !
C’est pourquoi une autre politique est possible et le groupe SOMME À GAUCHE propose notamment :
De lutter concrètement contre la pauvreté et la précarité en expérimentant, comme 18 Départements, le Revenu de Base, ouvert aux 18-25 ans alors qu’ils sont jusqu’à présent exclus de toutes aides sociales; l’exigence démocratique avec la retransmission des débats de l’Assemblée; le recours aux consultations citoyennes comme le réclament avec force les Gilets Jaunes; le retour du Conseil Départemental Junior; le développement de l’Ethanol, réclamé par les automobilistes et soutenu par les Hauts-de-France, qui coûte moins de 0,70€ le litre et permet une augmentation immédiate du pouvoir d’achat etc.

CONTRE LA PAUVRETÉ ET LA PRÉCARITÉ, NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE OPINION !
PARTICIPEZ A LA CONSULTATION CITOYENNE SUR LE REVENU DE BASE.

A l’heure où chacun s’interroge sur les solutions pour que les plus défavorisés d’entre nous vivent plus dignement, le REVENU DE BASE est une des réponses à cette exigence.
Le groupe SOMME À GAUCHE refuse tout fatalisme et veut agir très concrètement pour reprendre le chemin du progrès social. Ce progrès social, qui a façonné la France, ne peut avancer sans innovation sociale. Qui de mieux que les Départements, qui sont au coeur des politiques et de l’innovation sociales, pour porter le REVENU DE BASE.

Le REVENU DE BASE est un revenu de solidarité, d’accompagnement et d’autonomie qui ne s’oppose pas à la valeur travail et vise à prévenir la spirale des exclusions et à donner à chacun l’opportunité d’une vie digne.
Son automaticité permettrait de lutter contre le non-recours et les personnes qui abandonnent leurs droits, mais également d’intégrer les jeunes de 18 à 25 ans qui, jusqu’alors, sont exclus de tous dispositifs.

18 départements dirigés par la Gauche, se sont déjà engagés, souhaitent expérimenter le REVENU DE BASE et démontrer son efficacité.

Les élu-e-s du groupe SOMME À GAUCHE exigent que le REVENU DE BASE soit expérimenté dans la Somme afin qu’aucune solution ne soit écartée pour agir concrètement contre la pauvreté et la précarité dans notre Département. Les élu-e-s du groupe SOMME À GAUCHE ont décidé de vous demander votre avis.

Jusqu’au 10 février 2019, chaque citoyen aura la possibilité de donner son avis sur le REVENU DE BASE et son expérimentation en répondant à un questionnaire sur le lien suivant :

WWW.MONAVISSURLEREVENUDEBASEDANSLASOMME.COM

La Gauche dénonce la mauvaise gestion et le gâchis financier de la majorité départementale

Engluée dans le marécage de la tentative de suppression de 3 collèges et de la «Commission de l’oubli», la majorité poursuit sa dislocation interne et affaiblit l’image du Conseil départemental.
Un budget supplémentaire qui laisse transparaître une mauvaise gestion.
En effet, le gel des ressources de notre Département est maintenu en affectant 34 millions d’€ sur la ligne des imprévus ! Les Samariens paient des impôts non pas pour que la Majorité départementale puisse créer un “coffre-fort de l’argent dormant” mais pour qu’il agisse.
Alors que la Gauche avait laissé un Département en bonne gestion de la dette, que veut dire près de 50 millions d’€ de remboursement anticipé de celle-ci qui devraient être plutôt engagés dans les investissements, l’action sociale, le tourisme, la lutte contre la pauvreté et l’illettrisme, ou encore la restructuration de nos collèges.

Notre Département est mal géré. Le taux d’exécution des dépenses est insuffisant. Et le maintien de la diminution massive des dépenses de fonctionnement met en péril l’existence même du Département : ‒28% pour le financement des urgences sociales, ‒22% pour le financement du tissu associatif, ‒50% pour le financement des collèges publics, tout cela sur la période 2015/2017.

Un gâchis financier de 20000€ inacceptable pour nos impôts. L’Administration départementale a reçu instruction de détruire les 280000 exemplaires de l’Édition d’été 2018 du Vivre en Somme qui annonçait, sans débat de l’Assemblée départementale, la fermeture du collège Guy Mareschal.
C’est pour quoi nous exigeons du Président Somon :
de faire publiquement toute la lumière sur ce gâchis qu’il a gardé sous silence
de préciser les responsabilités qui en découlent et d’indiquer quelles mesures il a décidé de prendre pour réparer le préjudice financier subi par notre Collectivité et ses habitants.

Plan pauvreté : pas d’effets d’annonce mais des actes concrets

Le Président de la République a présenté il y a quelques jours les axes du plan pauvreté qu’il souhaite mettre en oeuvre dans les prochains mois.
Si le groupe SOMME À GAUCHE ne peut que se réjouir que la majorité actuelle et le Président de la République prennent enfin la mesure de l’urgence à laquelle sont confrontés de plus en plus de nos concitoyens, force est de constater que toutes ces annonces sont largement insuffisantes au vu des problèmes auxquels ces derniers sont confrontés.
La pauvreté de ce plan ne permettra pas d’éradiquer la pauvreté. Les 2 Milliards d’€ qui seront consacrés à la lutte contre la pauvreté, dont une partie n’est que redéploiement, paraissent bien maigres comparés aux 5 Milliards d’€ de cadeaux fiscaux accordés aux plus riches chaque année. Le groupe SOMME À GAUCHE rejette tout effet d’annonce de la part du Gouvernement et attend des actes concrets très rapidement. Le Revenu universel d’activité qui est proposé ne sera satisfaisant que lorsque les précisions indispensables, notamment sur le public concerné, seront connues.
Les Départements démontrent chaque jour, en étant au plus près de nos concitoyens, qu’ils sont les plus à même d’accompagner les plus fragiles malgré un État fuyant sa responsabilité en matière de financement des Allocations Individuelles de Solidarité. En complément le Président SOMON diminue les crédits d’insertion et supprime 500 000 € de crédits spécifiques de la Politique de la Ville destinés notamment à la lutte contre la pauvreté.
Le groupe SOMME À GAUCHE sera très vigilant sur les conditions de mise en oeuvre et d’analyse globale de ce plan. Les mesures annoncées concernent particulièrement les Conseils Départementaux dans leur rôle de chef de filât. C’est pourquoi, nous enjoignons le Président de la République et le Gouvernement à cesser les pseudos négociations à l’oeuvre depuis le début du quinquennat et à ne pas renier l’implication et l’action des collectivités et, en premier lieu, celles des Départements dans les actions de solidarité.

Une gestion qui compromet l’avenir du Département et de notre Jeunesse

Le Compte Administratif du Conseil départemental examiné en juin, démontre ce que nous avions publiquement dénoncé ; le Budget 2017 n’était pas sincère.

C’est en effet un Budget 2017 dont les recettes ont été minimisées. Le bouclier social que la Gauche avait mis en place, jusqu’en 2015, a disparu (forte diminution des subventions dans le social, pour la jeunesse et le monde associatif). Nous pouvions disposer d’au moins 10 Millions d’€ de recettes supplémentaires afin de mettre un terme au garrot social plutôt que de céder au dogme des restrictions budgétaires à marche forcée.

Ces recettes auraient également pu être utilisées, en matière d’investissement, pour le financement de projets importants comme le Grand Projet Vallée de Somme ou pour les collèges, dont 3 suppressions avaient été décidées.

Dans le respect de nos engagements nous avons voté CONTRE ce Compte Administratif. Face à la manoeuvre du Président Somon qui a voulu supprimer 3 collèges (ceux de Domart-en-Ponthieu, de Feuquières et Guy-Mareschal à Amiens), il est urgent de lancer une mobilisation générale pour la réussite éducative de toute la jeunesse qui est notre première priorité.

Fin septembre, réunis en séminaire sur le site exceptionnel de SAMARA, notre groupe travaillera pour rétablir une véritable politique éducative en faveur de notre jeunesse : Pas de suppression de Collège, Rétablissementdu Conseil départemental junior, Augmentation du soutien au fonctionnement des internats, Rétablissement des aides pour un meilleur accès à la culture et au sport pour les jeunes, Nouveau plan d’investissement pluriannuel pour l’éducation…

Nous proposons l’organisation d’Assises de la Réussite Éducative ouvertes à l’ensemble des acteurs de l’enseignement et à la population qui doit faire entendre sa voix.Une autre gestion pour l’avenir est possible, préparons là avec toute la Gauche et les forces de progrès de notre Département.

Une autre gestion pour l’avenir est possible, préparons là avec toute la Gauche et les forces de progrès de notre Département.

Ce Compte Administratif, qui clôt le budget 2017, est, malheureusement, comme nous l’avions annoncé.

C’est un budget dont les recettes ont été minimisées. Le bouclier social que la Gauche avait mis en place, jusqu’en 2015, a disparu (forte diminution des subventions  dans le social, pour la jeunesse et le monde associatif) et ne fait plus partie des priorités de l’actuelle majorité.
Par conséquent, et dans le respect de nos engagements nous avons voté CONTRE ce Compte Administratif 2017.
Alors même qu’il révèle que des recettes prévisibles, et que nous avions annoncées, n’ont pas été prises en compte par la majorité de droite du Conseil Départemental pour utiliser leur sacro-saint argument des économies à marche forcée. Ces recettes auraient parfaitement pu être utilisées pour le financement de projets importants comme le Grand Projet Vallée de Somme ou pour les collèges.
Cette façon d’agir relève de l’imprévoyance budgétaire.
Lors de notre départ en 2015, la Chambre Régionale des Comptes avait signifié la bonne tenue de nos budgets et nous avons cédé à la majorité d’aujourd’hui un Département financièrement en équilibre et avec un endettement dans la norme.
Cependant, l’exécutif actuel a pris une décision, que nous avions condamné, qui est de prendre 10 Millions d’€ des recettes pour les affecter au remboursement de la dette. Alors que 5 Millions suffisaient pour un remboursement raisonnable, en consacrant les 5 autres à des projets socialement plus utiles.
Nous pouvions donc disposer d’au moins 10 M. d’€ de recettes supplémentaires afin de mettre un terme au garrot social et brandir à nouveau le bouclier social, ou encore juguler la baisse drastique et permanente des financements au monde culturel, associatif…
En conclusion, ce Compte Administratif révèle que l’on peut gérer autrement notre Département. Cela renforce notre détermination et démontre l’urgence, pour nous la Gauche, d’être prêts, dans deux ans et demi, à reprendre ce Département en main pour agir plus efficacement en direction des plus défavorisés.

Une majorité par intérim qui doit stopper sa politique de récession sociale désapprouvée par l’immense majorité de la population de notre département.

La nouvelle majorité et son Président Laurent SOMON n’étaient manifestement pas préparés à prendre en charge un département en pleine mutation qui, après la loi NOTRe, doit trouver sa place de proximité entre la Région, les communes et maintenant les intercommunalités. Et cette majorité, en dehors d’un programme de récession sociale engagé au nom de restrictions budgétaires, n’a pas trouvé de véritables projets pour assurer ses compétences sociales et territoriales qui lui sont pourtant assignées par la Loi.

Après 3 ans de majorité de la Droite, nous dénonçons :
1- Une paralysie rampante de toute l’énergie du Département
2- Une mobilisation défaillante face aux restrictions budgétaires de l’État
3- Une politique porteuse d’une idéologie conservatrice que, durant ces trois années, le groupe SOMME À GAUCHE n’a cessé de combattre.
4- Une collectivité en voie de paralysie faute de gouvernance stable
5- Une décentralisation en recul au point que tous les Départements de France en appel au Chef de l’État.

En conséquence :
• Le groupe SOMME À GAUCHE exercera une indispensable vigilance avec touts les forces de Gauche et de progrès et la mis en marche de la reconquête départementale. Une autre politique plus sociale, plus solidaire, plus audacieuse pour l’avenir est possible.
 Le groupe SOMME À GAUCHE continuera la mise en place de son projet politique en vue du budget 2019, lors de son séminaire de septembre qui aura lieu à Samara.
• Le groupe SOMME À GAUCHE contribuera à une coordination de notre démarche de reconquête des Départements avec celle des autres départements des Hauts-de France autour du Département du Pas-de-Calais.
 Enfin, le groupe SOMME À GAUCHE prendra les contacts nécessaires avec les autres groupes de Gauche du Département pour rechercher les conditions d’un rassemblement destiné à proposer à nos concitoyens une véritable alternance en mars 2021.

Respecter nos aînés !

Au coeur du mouvement social qui s’amplifie depuis le 22 mars, la mobilisation en faveur de nos aînés est indispensable. Il faut continuer à lutter pour un meilleur financement des structures d’aides et d’accueil des personnes âgées qui font partie intégrante de la défense du service public.

Le Département de la Somme est censé leur apporter soutien et aide financière pour que leur vie soit la plus simple et agréable à vivre. Or, chaque jour, les exemples se multiplient et mettent en lumière le recul du soutien dû à nos aînés. Il en va donc de notre responsabilité de les soutenir comme nous défendons les plus fragiles.
Le gouvernement a augmenté la CSG pour l’ensemble des retraités, et a du faire un petit pas en arrière au vue des mobilisations en retirant 100 000 couples de retraités de cette hausse, mais seulement en 2019. Quid de leurpouvoir d’achat d’ici là ?
Depuis 2015, les élu-e-s du groupe SOMME À GAUCHE protestent contre une politique dangereuse et anxiogène du Conseil départemental à l’endroit des personnes âgées. Les agents de la collectivité sont les victimes collatérales de cette politique. Travailler dans le domaine social au Département devrait être une joie et une mission, cela devient aujourd’hui une contrainte et parfois une souffrance au travail.

Favoriser le mode mandataire revient à faire porter aux personnes âgées dépendantes, et à leurs familles, la responsabilité d’être employeur alors que le mode prestataire, confiant la gestion à une association d’Aides à domicile, les exonère de cette charge. La loi prévoit le libre choix du mode d’intervention et impose une information objective. La pression gestionnaire conjointe de l’État et du Département accentue le manque de moyens pour le financement du social et entraîne une prise en charge déficiente des retraités et des personnes âgées. Avec sa volonté de faire autant avec moins d’agents (- 150 depuis 2015 !), de réduire la proximité en supprimant des Centres Médicaux-Sociaux (de 36 en 2015 à 23), l’actuelle majorité conservatrice départementale continue à affaiblir le service public.
Cette vision à très court terme aura de graves conséquences, notamment sur le confort de vie et le pouvoir d’achat des classes moyennes, des ménages modestes et des retraités du département.

Nous soutenons que d’autres choix politiques sont possibles. Défendons une politique ambitieuse et solidaire pour tous !

Respecter nos aînés !

Le 22 mars dernier les français se sont mobilisés en grand nombre pour la défense du service public. Cette mobilisation fait suite à une autre plus exceptionnelle : la manifestation des retraités. Le départ de la manifestation a eu lieu à l’EHPAD St Victor, ce qui est, en soi, un symbole fort de l’intérêt que l’on se doit de porter à nos aînés, autonomes ou dépendants.

Le Département de la Somme est censé leur apporter soutien et aide financière pour que leur vie soit la plus simple et agréable à vivre. Or, chaque jour, les exemples se multiplient et mettent en lumière le recul du soutien dû à nos aînés. Il en va donc de notre responsabilité de les soutenir comme nous défendons les plus fragiles.
Le gouvernement a augmenté la CSG pour l’ensemble des retraités, et a du faire un petit pas en arrière au vue des mobilisations en retirant 100 000 couples de retraités de cette hausse, mais seulement en 2019. Quid de leur pouvoir d’achat d’ici là ?
Depuis 2015, les élu-e-s du groupe SOMME À GAUCHE protestent contre une politique dangereuse et anxiogène du Conseil départemental à l’endroit des personnes âgées. Les agents de la collectivité sont les victimes collatérales de cette politique. Travailler dans le domaine social au Département devrait être une joie et une mission, cela devient aujourd’hui une contrainte et parfois une souffrance au travail.
Favoriser le mode mandataire revient à faire porter aux personnes âgées dépendantes, et à leurs familles, la responsabilité d’être employeur alors que le mode prestataire, confiant la gestion à une association d’Aides à domicile, les exonère de cette charge. La loi prévoit le libre choix du mode d’intervention et impose une information objective. La pression gestionnaire conjointe de l’État et du Département accentue le manque de moyens pour le financement du social et entraîne une prise en charge déficiente des retraités et des personnes âgées.
Avec sa volonté de faire autant avec moins d’agents (- 150 depuis 2015 !), de réduire la proximité en supprimant des Centres Médicaux-Sociaux (de 36 en 2015 à 23), l’actuelle majorité conservatrice départementale continue à affaiblir le service public.
Cette vision à très court terme aura de graves conséquences, notamment sur le confort de vie et le pouvoir d’achat des classes moyennes, des ménages modestes et des retraités du département.

Nous soutenons que d’autres choix politiques sont possibles. Défendons une politique ambitieuse et solidaire pour tous !

Budget primitif 2018 : Une autre gestion plus solidaire de notre Département est possible.

Tout au long de cette session sur le Budget Primitif 2018, les élus du groupe SOMME À GAUCHE se sont efforcés d’être constructifs et ont démontré, à travers les voeux et amendements déposés, qu’une autre politique pour notre département est possible. Dès maintenant, il s’agit de construire un Département plus fort parce que plus solidaire.
La solidarité avec les plus défavorisés. La politique sociale de la majorité de droite c’est, sous couvert de bonne gestion, toujours moins pour les citoyens les plus en difficulté. C’est encore moins pour les personnes âgées qui se voient également déconsidérées par le refus de la majorité d’améliorer les conditions de travail et de résidence dans les Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes, d’augmenter le nombre de places habilitées dans les Maisons d’Accueil Rural pour les Personnes Âgées.
Le budget 2018 au Conseil Départemental, c’est toujours moins de services publics. Avec la droite, c’est près de 180 fonctionnaires en moins et pour ceux qui restent c’est la quadruple peine : dégradations des conditions de travail, instabilité professionnelle, manque de reconnaissance et perte de sens…

Avec le budget 2018, c’est aussi encore et toujours moins pour les zones rurales. L’abandon du réseau ferré contre lequel nous sommes quasiment les seuls à s’élever. Le refus de la majorité d’améliorer l’aménagement commercial des centres bourgs. Soyons clair, le budget primitif 2018 départemental se caractérise pas un cruel manque d’audace politique. Il concrétise une soumission à l’État et à sa méthodique stratégie du garrot sur les finances départementales. L’exécutif départemental craint la concertation avec nos concitoyens puisqu’il refuse le retour d’un Conseil Départemental junior et la retransmission en direct des débats de l’Assemblée départementale. Quant à la jeunesse, l’écologie et le monde associatif… Moins de financement au sport amateur, moins de financement en direction des collèges pour  des échanges avec des collégiens d’autres pays européens, la fin programmée de tous soutien à des politiques environnementales sérieuses. Bref le rabotage des crédits est devenu une activité de prédilection. Nous considérons qu’il est urgent de maintenir un haut niveau de lutte contre toutes les initiatives qui visent à détricoter les institutions départementales. Refusons les déséquilibres régionaux qui font d’Amiens et du département de la Somme les parents pauvres d’une régionalisation inquiétante.

Budget 2018 : la poursuite du démantèlement du Conseil départemental

À l’occasion du budget 2018, la majorité de droite au Conseil Départemental a démontré de plus en plus clairement que sa « Refondation » consiste principalement à démanteler lentement mais méthodiquement l’institution départementale. Avec cette majorité conservatrice c’est moins de solidarité, moins de service publics, moins d’agents territoriaux, moins de développement des territoires et encore moins d’écologie. Le budget 2018 manque d’audace politique. Il semble s’évertuer à concrétiser une soumission à l’État et à sa méthodique stratégie du collet posé sur les finances départementales. Cette gestion comptable que nous avons toujours qualifiée d’insincère révèle à ceux qui l’ignoraient encore la volonté de cette majorité de vider progressivement le département de l’essence même de son action. L’aveuglement de l’exécutif départemental se concrétise par l’absence de vraies priorités dans sa gestion alors que pour nous, élus du groupe « Somme à Gauche », il est des priorités d’actions incontournables. La première serait de répondre concrètement aux besoins sans cesse croissant en matière de solidarités. La deuxième est  de rétablir de façon urgente une gestion des services publics du département à la hauteur des attentes de nos concitoyens. De stopper immédiatement le dogme de la suppression de 150 fonctionnaires qui affaiblit considérablement la qualité des services aux publics. Autre priorité : rétablir la confiance de nos concitoyens à l’égard du département et des élus… Associer la jeunesse à notre réflexion en rétablissant le Conseil Départemental junior serait un bon signe, donner la parole à nos concitoyens par l’intermédiaire des réseaux sociaux serait aussi un excellent moyen de leur redonner droit à la parole. Mais plus que tout, il est impératif de préparer l’avenir ; Et c’est ce que nous faisons par l’intermédiaire de propositions concrètes. C’est aussi le sens des moyens financiers que nous voulons réinjecter dans les domaines de l’Éducation, de l’Écologie, de la Culture que l’exécutif continue méthodiquement à raboter. Il s’agit de préparer l’avenir et nous sommes convaincus qu’il ne peut exister sans de véritables solidarités, une vraie démocratie participative. Préparer l’avenir c’est aussi soutenir les investissements et notamment ceux qui concernent des projets ambitieux et innovants tels le grand Projet vallée de Somme.
Enfin, la priorité ultime est de lutter contre toutes les initiatives qui visent à, lentement mais sûrement, détricoter les institutions départementales. Refuser les déséquilibres régionaux qui font d’Amiens et du département de la Somme les parents pauvres d’une régionalisation rétrograde.

Pour construire la confiance, l’État doit changer ses pratiques

Les Président-e-s des Départements de gauche, réunis pour le Congrès de l’Assemblée des Départements de France, et le groupe SOMME À GAUCHE réaffirment que nous construisons chaque jour la France humaine et solidaire de demain.

Chefs de file des solidarités humaines, nous somment fiers d’investir pleinement dans les politiques de solidarités.
Chefs de file des solidarités territoriales, nous voulons affirmer le rôle d’accompagnement des communes dans leur développement.

Pour que les Départements y parviennent, l’État doit faire confiance dans la capacité d’agir et garantir les moyens de notre indispensable action de proximité.

La confiance se construit ! C’est pourquoi, avec les Président-e-s de Départements de gauche :
• Nous nous opposerons à toute intervention de l’État dans l’élaboration et l’exécution de nos budgets
• Nous n’accepterons aucune mesure qui affaiblirait nos actions aux services des territoires et de leurs habitants.

Comme par le passé, nous sommes prêts à participer pleinement au redressement des comptes publics de la Nation, à condition que l’État s’engage à :
• Cesser les décisions brutales comme celles prises depuis le début du quinquennat et dans le Projet de Loi de Finance 2018 qui constituent un désengagement majeur et inacceptable au financement des solidarités dans notre pays
• Définir des propositions précises concernant le financement pérenne des trois allocations de solidarité nationale (RSAAPA, PCH)
 Affecter aux Départements une part de CSG pour assurer leur financement
• Assumer et assurer la mise à l’abri et l’évaluation des mineurs non accompagnés (MNA)
• Accompagner les projets de fusion ou de mutualisation entre collectivités
• Octroyer au Département de la Somme un fonds d’urgence en 2017 pour lui permettre d’équilibrer son budget.

En l’absence de volonté constructive du Gouvernement, le groupe SOMME À GAUCHE, avec les Président-e-s des Départements de gauche, nous nous mobiliserons contre cette défiance à l’égard des territoires.

Bonne et Heureuse année.

Titre Rester Informer

S'abonner à la newsletter
Logo conseil departemental de la Somme
Accueil du Département
43 rue de la république
CS 32615
80026 Amiens cedex 1

Tél : 03 22 71 80 80
  • Picto Twitter
  • Picto Facebook
  • Picto Yourube
Logo conseil departemental de la Somme
Besoin d’informations,
de renseignements ? Icône enveloppe