En 1 clic Votre profil Nous contacter
Remonter en haut de page

Front de gauche, gauche solidaire et communiste

Mise à jour le 04/11/2019
J'aime

Le groupe Front de gauche, gauche solidaire et communiste dénombre 2 élus.

Présidente du groupe : Dolorès Esteban

Membre : Claude Chaidron

Le contenu des tribunes est sous l’entière responsabilité des président(e)s de groupe.

Justice…où ?

Si l’on examine la gestion du pays on se rend compte, à tous les niveaux, que ce sont toujours les classes moyennes qui alimentent les caisses… (retraite, sécu etc..). Les dirigeants de droite, du Macronisme au LR ne ponctionnent jamais les milliardaires liés au CAC 40 ! Les dirigeants départementaux qui se réclament des mêmes partis pratiquent à leur niveau ces directives, placent en « fautif » les plus démunis. Le budget départemental en est la démonstration ! C’est le monde à l’envers…

Les classes moyennes paient!

Les gérants de la politique imaginent que leur business au service du capital va convaincre les «ignorants» salariés! Éloigner les élus, maires, conseillers départementaux fait suite à leur manigance… C’est triste que les «droites» locales participent à ce «process» organisé… Retraite, sécurité sociale, école partent dans la fumée des privatisations, idem, localement, pour le social, la culture, la vie associative, les collèges
Où va ce monde si les «citoyens» le lâchent!

Et… la Famille

Si le «social» était source de rentabilité il serait géré par l’actionnariat!! Le conseil départemental ne doit pas être tenté d’’abandonner le «non rentable»! Le sort du planning familial d’Etouvie se doit d’être mis en valeur plutôt que de disparaître dans les méandres de la comptabilité. Cette action du planning s’adresse aux femmes, parfois très jeunes, qui ont besoin d’être aidées… Faisons connaître le lien et son action plutôt que de le gommer! Préservons les valeurs humaines.

Écologie.. mais synonyme de justice sociale

L’action mettant en place une dynamique écologique est incontournable dans la situation actuelle du monde. Certains partis qui sortent du contraire son tenus d’en faire leur discours même si ça se transforme en écologie du portefeuille.
En tout état de cause on ne peut pas parler d’écologie sans mettre les conditions humaines au centre de la démarche. Dans ce sens, aussi, il y a du travail à faire.
La majorité du département devrait alors réengager la réflexion.

Fonction « publique :quel avenir ? »

Au moment où E. Macron prône, au travers de «débat», une politique de l’emploi en finançant pourtant largement les multinationales qui multiplient les licenciements collectifs, le gouvernement s’attaque à la fonction publique, le remplaçant par le «08» qui se substitue au service santé, scolaire, social, ephad, etc.
Le conseil départemental l’a devancé en se séparant de nombreux fonctionnaires…Où vont les alliances? Servent-elles le peuple exténué par les brimades?

Qui est l’ennemi

L’ennemi ce n’est pas le juif ou une autre religion. L’ennemi c’est le système économique! Il est  essentiel de combattre le racisme sous toutes ses formes religieuses ou humaines. L’histoire prouve notre implication pour ces causes. L’ennemi n’est-il pas ceux qui ne prennent pas la mesure des questions sociales et aggravent les inégalités. Vivre dignement avec un vrai salaire, une vraie retraite. Le Conseil départemental, sa majorité ne doivent-ils pas porter la réflexion sur ces thèmes?

Budget… pour quoi…pour qui?

La droite brandit l’étendard contre «Macron» en un faux semblant de soutien aux gilets jaunes. Pourtant elle partage absolument toutes les décisions de fond gouvernementales…
Il y va de même au cœur des alliances départementales où dirigeants de droite et leurs associés «Macroniste» façonnent leur entente qui va bon train pour pénaliser le circuit social, culturel
scolaire en poursuivant l’alimentation du groupe «Amazon» qui ne paie pas ses impôts en France..

Mi-mandat : l’avenir atrophié !

Oser un bilan de mi mandat dans ce contexte de restriction, est-ce courageux? L’orientation comptable choisie impulse une rigueur inadaptée à la gestion politique qui tourne le dos aux attentes citoyennes en correspondance avec les choix des gouvernements depuis plus de 20 ans!
Le département se doit d’être l’atout citoyen, n’en déplaise à la haute finance portée par les différents Présidents de la République. S’agissant des valeurs de la droite, que devons-nous attendre?

Et après..!

Depuis plus de 20 ans les gouvernements ont frappé les départements, les privant des moyens à leur mission à l’égard du peuple. L’arrivée du Macronisme au pouvoir n’a fait qu’accentuer cette démarche..La direction départementale a relayé ce mouvement, favorisant la haute finance, en réduisant fortement les moyens mis à disposition des familles (CMS, personnel social etc..). La fusion de la majorité départementale avec les représentants de Macron donne lecture des intentions futures!

L’égalité … où ?

La différence entre le groupe « Macron » et la droite ne relève que de la question de places…Pour le reste, ils accusent, ensemble, les « moins riches » d’être responsables de la crise menée de main de maître par la financiarisation qui les encadre !
La politique qu’ils mènent au niveau départemental s’inscrit pleinement à partir de ces critères, qui les unis pour diminuer les valeurs sociales, associatives et d’éducation, chères et primordiales pour les citoyens !

En l’avenir…

Macron dans son action «ni droite ni gauche» a crée le nouveau mouvement de la «financiarisation». Son action prive les départements d’aides financières essentielles à leur «survie». Mais les élus majoritaires s’en accommodent en réduisant les échanges avec l’assemblée pourtant représentative des citoyens. Ils nous entraînent, sous la baguette du Président Macron vers une intégration des départements aux régions éloignant, de fait, les citoyens d’un juste échange, base de la démocratie.

Une priorité: l’éducation!

Si nous dénonçons, depuis de nombreuses années, la position des différents gouvernements à l’égard du financement des départements, nous ne pouvons pas accepter que la majorité départementale s’y associe en faisant «payer» nos enfants, au travers de leur éducation; ceci en «envisageant» de fermer trois collèges !! Par notre action, une commission a été créée pour examiner le dossier et arrêter la procédure… mais il faut rester vigilant …. le dossier n’est pas enterré !!

Et après!

E. Macron est bousculé par sa propre démarche qui visait à s’opposer aux privilèges. Diriger notre pays avec «autoritarisme» ne peut cacher l’arbre qui cache la forêt au travers de la remise en cause des acquis sociaux.. qui gênent ses amis financiers. Ceci ne peut éternellement échapper à l’intelligence des Français. La procédure de casse des départements, éloignant les citoyens de cet indispensable lien, entre dans sa logique. Dommage que le direction de droite du département s’y associe.

MACRON «L’argentier»

Après les cheminots qui empêchent une privation de la SNCF qui coûtera cher aux usagers; après que le Conseil départemental s’associe à cette démarche de «fonctionnaires responsables» en diminuant les effectifs pour équilibrer son budget; le gouvernement Macron met en place le droit à la retraite par points qui va écrêter tous les régimes en particulier ceux des fonctionnaires… Qui va bénéficier de ces coupes?
Peut-être les assureurs «responsables» et … leurs actionnaires…

Macron «l’argentier»… suite

La droite qui se lie pleinement à Macron parle de privilège en désignant le monde salarié dans son ensemble : ceux vivant en dessous du seuil de pauvreté jusqu’aux classes moyennes.
Mais qui sont les responsables? Les cheminots ou les employés des conseils départementaux qui travaillent pour les usagers ou les actionnaires qui jouent avec le CAC40 comme au casino? L’extinction des collectivités locales est un affaiblissement de la solidarité que veut casser le gouvernement.

Les citoyens… bradés!

Macron confirme et signe la livraison des services publics au monde de la finance, qui va en faire «profit», à qui il offre en plus une «baisse» de leurs cotisations sociales et les laisse tricher avec leur imposition, gommant en plus l’ISF. Parallèlement Macron sanctionne financièrement le département qui participe au jeu des sanctions envers les citoyens (RSA – EPADH – emploi etc.)
Mais les retraités peuvent sûrement payer. Où va le monde quand on le livre au lobby financier?

La Finance au pouvoir

Comme le suggèrent certains le RSA gruge les caisses du département, l’État et ses émissaires placent les cheminots au centre du monde privilégié! Qui a fait le choix de casser les lignes  (Abbeville – Le Téport) ? Les cheminots défendent le service public bénéfique pour les citoyens qui ont aussi des avantages dans leurs entreprises. On oublie les aides aux financiers et la suppression de l’ISF!
Les députés en phase avec l’État peuvent peut-être l’expliquer: qui sont les privilégiés ?

La droite… avec Macron

Nous le constatons le Président Macron est le relai «apprécié» du monde de la Finance. Pour cela, il ponctionne les salariés de leurs avantages acquis. La droite qui dirige le département, tout en le critiquant, s’empare de cette maxime et écrase particulièrement sa politique sociale (enfance, retraité, santé). Est-ce une alliance contre nature? Quelle sera alors la politique du département en 2019, celle issue de cette association ?
En tout état de cause c’est le peuple qui paye!

Unanimes!

Si le président Macron se dit «ni droite, ni gauche» il est cependant en phase avec toutes les théories de droite. Que de mots pour tromper les citoyens qui subissent les méfaits de cette politique.
La droite départementale calque cette démesure en s’attaquant particulièrement aux salariés au travers des fondations budgétaires, baisse de finances pour l’école, les retraités, la vie associative, la culture, la petite enfance, le service public etc. Nous avons dit «unanimes»… à vous de juger..

En marche!

C’est le rêve de tous d’avancer en favorisant le bien être. L’effet multiplicateur de  cette maxime devient un rêve quand l’avenir est aux mains de ceux qui favorisent la finance au détriment de la citoyenneté.
À quoi servent, en ce sens, les départements qui sont les relais du peuple.. leur suppression pour «en marche» est donc inéluctable. Il est à leurs yeux plus crédible de donner le pouvoir à la banque européenne.
Où est donc l’Europe de la coopération et de la solidarité.. citoyenne.

Titre Rester Informer

S'abonner à la newsletter
Logo conseil departemental de la Somme
Accueil du Département
43 rue de la république
CS 32615
80026 Amiens cedex 1

Tél : 03 22 71 80 80
  • Picto Twitter
  • Picto Facebook
  • Picto Yourube
Logo conseil departemental de la Somme
Besoin d’informations,
de renseignements ? Icône enveloppe