En 1 clic Votre profil Nous contacter
Remonter en haut de page

Élues Écologistes

Mise à jour le 09/12/2019
J'aime

Le groupe des Élues Écologistes dénombre 2 élues.

Présidente du groupe : présidence tournante (Marion LepresleBlandine Denis).
 
Le contenu des tribunes est sous l’entière responsabilité des président(e)s de groupe.

Pourquoi le Canal Seine-Nord n’est PAS un projet écologique ?

Le département se targue d’être moins dépensier que ses prédécesseurs mais toutes ces économies au détriment des plus pauvres ne financent qu’une chose : Le Canal Seine-Nord. Cinq ans de coupure budgétaire et de non renouvellement du personnel pour un projet à 5 milliards d’euros qui détruira plus de 33 000 ha de terres cultivables. Bien sûr nous souhaitons moins de camions sur nos routes mais pas au détriment de nos paysans et de nos campagnes fragilisés. Une solution existe : le ferroviaire.

Une vallée idéale féministe et écologique

En 2019, le département aura dépensé 20,7 millions d’euros pour l’infrastructure routière, mis de côté 37,4 millions pour « dépenses imprévues » et annulé un emprunt d’équilibre de 30 millions. Résultat : une précarisation de la politique du « soin », plutôt qu’une professionnalisation, touchant des auxiliaires de vie sociale à 99% des femmes dans des situations de grande vulnérabilité. Une politique environnementale proche du néant. La vallée idéale proposera-t-elle des actions en faveur des femmes et de l’écologie ?

Lutter contre les pesticides et les herbicides dans la Somme

Plusieurs maires ont pris la décision d’interdire l’utilisation des pesticides à moins de 150 mètres de leur commune. Nous ne pouvons que soutenir cette démarche contre ces produits nocifs pour notre environnement et notre santé. À Drucat près d’Abbeville, 45 personnes ont été testées et déclarées positives au glyphosate, un herbicide cancérigène. Le plus haut taux ayant été décelé chez un enfant,nous devons nous poser les bonnes questions. À quand une agriculture bio, sans produits chimiques ?

Au service de la biodiversité samarienne

Beaucoup d’actions existent dans le département pour améliorer la connaissance et la protection de notre biodiversité locale. Saluons par exemple les nombreux inventaires et suivis de gestion qui ont permis de préserver voire d’étendre dans certaines zones la faune et la flore en déclin. Ce travail de patience est souvent rendu possible grâce à des associations au service de notre patrimoine naturel et sans qui nous serions bien démunis face à l’urgence climatique. Qu’elles en soient remerciées.

Des vraies ambitions pour le patrimoine naturel samarien

On ne le dira jamais assez, parmi les meilleurs atouts de notre département figurent les espaces naturels dont on ne parle jamais assez dans ces colonnes. Ils sont nos partenaires essentiels pour maintenir notre biodiversité et enrayer sa disparition. Ils nous rendent tous les jours des services inestimables, contribuent à notre bien-être et valorisent notre territoire. En vallée de Somme, dans les tourbières ou sur les larris à flanc de coteau, mettons-les enfin au cœur de nos politiques publiques.

Donnez votre opinion sur les politiques départementales

Alors que la majorité départementale refuse de mettre en place la retransmission des sessions sur internet,  que les citoyens demandent plus de transparence dans les choix des politiques, que le département est responsable de la solidarité, de la protection des espaces naturels sensibles et de la lutte contre la précarité énergétique, nous vous proposons de répondre dès le 15 avril à la consultation citoyenne des groupes Somme à Gauche et Écologistes sur le site internet:MONOPINIONSURLESPOLITIQUESDEPARTEMENTALES.COM

Budget 2019 : à la recherche du développement durable

Le rapport du développement durable de cette majorité nous laisse perplexe. En effet, nous n’avons eu aucune indication ni objectifs sur nos émissions de GES. En 2020, 70% des déchets devront être recyclés, le département en est à 23%. En 2015, 420 000€ étaient destinés aux actions d’éducation à l’environnement. En 2019, 0€. Pour les espaces naturels sensibles, comptez 1/3 de budget en moins. Pour les ampoules basse consommation, les panneaux solaires sur les collèges ou l’isolation thermique, on réfléchit. Décidément!

Un Département sourd?

Est-ce que le Département répond aux enjeux écologiques et sociaux ? NON. En 3 ans, les budgets consacrés aux solidarités, au logement et à la transition énergétique ont beaucoup diminué pour augmenter les crédits des routes et faire des économies en vue du canal seine nord, -un projet ni économique, ni écologique-. Les citoyens réclament plutôt que le Département les aide à baisser leur facture de chauffage, de transport, d’alimentation ? Mais l’exécutif reste sourd.

N’attendons pas pour baisser nos factures!

Les prix des énergies fossiles augmenteront à moyen terme. L’écologie est la solution pour rendre du pouvoir d’achat. A Mensch, la plus grande centrale photovoltaïque sur toiture a été installée. La ville est autonome en électricité. A Grande-Synthe, l’isolation des bâtiments a permis de baisser de 30% la facture de chauffage des habitants ; à Grenoble, les fermes urbaines ont diminué le coût des repas des cantines scolaires #Agirpourmaplanete #Contrelesprojetsinutiles c’est plus de proximité et moins de factures pour les usagers.

Une rentrée sous haute surveillance ?

L’année scolaire 2017/2018 s’est achevée en toute beauté pour le président de notre département. Avec l’annonce surprise de la fermeture de trois collèges en guise de projet de sectorisation, l’arrogance des petits comptables aux responsabilités s’est traduite par une débâcle sans précédent qui a mobilisé au-delà des clivages politiques et affaibli considérablement un exécutif en mal d’existence. Espérons que cette majorité maintienne son président sous surveillance et restons mobilisés.

Du concret pour l’environnement

Malgré les tensions climatiques récentes, des actions concrètes peuvent répondre aux défis de la transition énergétique et de la protection de l’environnement. Citons le développement des circuit-courts alimentaires, l’inauguration du parc éolien du Coquelicot, l’amélioration du réseau départemental des circuits et itinéraires de randonnée, la reconquête de la qualité des eaux avec les nouvelles stations d’épuration du Crotoy et de Roye. Autant d’initiatives à saluer et à encourager pour l’avenir.

Jour du dépassement : RAPPEL

Le jour du dépassement est le moment où nous avons consommé ce que la planète est en capacité de générer en une année. En 1978 c’était le 9 novembre, en 1998 le 3 octobre, en 2018 c’était le 1er août. Nous consommons trop et trop vite. En 212 jours nous avons donc tout consommé par rapport au renouvellement naturel. C’est pourquoi on l’appelle le dépassement. Les événements climatiques récents doivent nous alerter élu-e-s et citoyens sur ce que nous voulons demain pour la survie de nos enfants.

Une Somme Natura 2000 ?

En mai dernier, nous avons connu 12 jours de pollution et une qualité de l’air moyenne tous les jours de beau temps. Est-on au courant ? Non. De plus, alors que la planète subit une pression sans précédent, le Département ne défend pas les milieux naturels samariens dont 2,4% seulement sont protégés Natura 2000. La disparition de la ligne budgétaire Education à l’environnement est encore une preuve que cette majorité ne saisit pas les grands enjeux pour les années à venir.

NON à la fermeture d’un collège samarien

Comment peut-on imaginer fermer un collège en toute tranquillité dans notre département dans un contexte où les indicateurs éducatifs, sociaux et de santé sont au plus bas? Comment justifier que les impératifs comptables priment sur l’éducation de nos jeunes ? Cette décision cynique désormais assumée par l’exécutif démontre encore une fois le manque totale de vision et de responsabilité de cette équipe autant archaïque qu’aveugle face à un enjeu d’avenir pour la réussite de notre territoire.

L’éducation dans la Somme doit être une priorité budgétaire.

Le dédoublement des CP – CE1 en REP emporte l’adhésion. Mais il se fait au détriment d’autres mesures : fermeture de classes, arrêt du dispositif « Plus de Maître que de classe », diminution des temps de décharge des directeurs, dotation des collèges en diminution….Or, notre département compte un pourcentage de jeunes sans diplôme particulièrement élevé. De plus, fermer un collège pour des raisons comptables comme le prévoit cette majorité ne va pas favoriser leur réussite éducative.

Haro sur les fonctionnaires !

Depuis plus de 10 ans, les réorganisations ministérielles se succèdent pour toujours moins de fonctionnaires. Dernier exemple avec la DIRECCTE (fusion des services de la consommation, de la répression des fraudes, du commerce, du travail et du tourisme) qui a donné LACTALIS. Sous couvert de modernisation, on détruit et décrédibilise nos SERVICES PUBLICS qui permettent pourtant d’éviter les scandales. Mais le gouvernement actuel comme le département de la Somme veulent continuer à les dégraisser.

Titre Rester Informer

S'abonner à la newsletter
Logo conseil departemental de la Somme
Accueil du Département
43 rue de la république
CS 32615
80026 Amiens cedex 1

Tél : 03 22 71 80 80
  • Picto Twitter
  • Picto Facebook
  • Picto Yourube
Logo conseil departemental de la Somme
Besoin d’informations,
de renseignements ? Icône enveloppe