Vous êtes ici

Balade sur la piste des arbres remarquables

Arbres plusieurs fois centenaires, arbres sacrés, en fête, alignements impressionnants… Les parcs, forêts et jardins de la Somme sont peuplés de hêtres, chênes, tilleuls, pins ou cèdres qui fascinent par leur histoire, leur taille et leur longévité.

Les arbres remarquables dans la Somme

La forêt de Crécy

Le Vivre en Somme 98 vous présente le Hêtre Richard, mais il n'est pas le seul arbre remarquable de la forêt de Crécy-en-Ponthieu. Un circuit, mis en place par l'Office National des Forêts, permet de les découvrir.
Le chêne des Chartreux, au sud, près de la commune de Forest-l'Abbaye, peut s'enorgueillir d'une circonférence de 445 cm.
Celui dit des Ramolleux se situe en lisière nord. Avec une hauteur de 27m et une circonférence de 550 cm, il a été le témoin de nombreuses générations de forestiers.
 

En savoir plus :

Les cartes « Forêt domaniale de Crécy » vendues dans les librairies-presse et offices du tourisme de Créy-en-Ponthieu et  d'Abbeville permettent de localiser ces arbres. Les dix panneaux installés le long du circuit des allées cavalières indiquent également leur emplacement.

La forêt de Frémontiers

Cette forêt abrite de nombreux chênes. Le chalet de Frémontiers, près de Namps-au-Val, était un rendez-vous de chasse et c'est sans doute sa présence qui a permis de préserver un chêne pédonculé de 425 cm de circonférence et 28 m de hauteur ainsi qu'un chêne sessile mesurant 30 m !

L'arbre aux épousailles

L'arbre aux épousailles de Lucheux  serait en fait constitué de deux tilleuls. Depuis ses 24m de haut, il surplombe la place du « jeu de tamis », un ancien jeu pratiqué avec une balle en bois gainée de cuir qui fut interdit par Louis Philippe car trop dangereux.
L'arbre aux épousailles doit son nom à la coutume qui voulait qu'un jeune couple de mariés passe entre les deux arbres afin de savoir lequel dirigerait le couple.

Le tilleul d'Argoules

Le tilleul d'Argoules serait, quant à lui, un arbre de Sully, ministre d'Henri IV qui mena une politique active de plantation d'arbres. Cependant, aucun texte officiel ne l'atteste. Il serait plutôt âgé d'environ 170 ans. Ce géant a subi de nombreux dommages à travers les âges (mitraillages de la Seconde Guerre mondiale, tempête en 1987 qui le décapite), mais il trône toujours sur la place, face à l'auberge « Le Gros Tilleul ».

Les alignements d'arbres

Il existe plusieurs alignements dans le département dont celui de la côte de Doullens sur la RN 25. Les arbres, mesurant une trentaine de mètres, donnent l'impression de traverser un bois.
L'alignement de Colincamps prolongeait le parc de l'ancien château du comte de Branselé. Originaire du Massif Central, ce dernier a ramené des châtaigniers de son pays natal. Les arbres portent les stigmates de la Première Guerre mondiale. Dans ces cavités logent aujourd'hui de nombreuses espèces comme la chouette chevêche ou le pic-vert.

Grande Guerre : l'arbre du danger et le dernier arbre

A Beaumont-Hamel, la Grande Guerre est aussi symboliquement représentée par l'arbre du danger. Situé en plein No man's land, il serait un rescapé de la bataille de la Somme. Il est visible depuis le mémorial Terre-Neuvien.
Le "dernier arbre" est un charme protégé par des barrières en bois au mémorial Sud-Africain de Longueval. Il est le seul arbre survivant des combats de 1916.

De nombreux autres arbres remarquables sont à découvrir lors de vos promenades dans la Somme. Envoyez vos photos d'arbres remarquables ou insolites à redaction@somme.fr.