Vous êtes ici

La politique de développement durable du Conseil départemental

La politique de développement durable souhaitée par le Conseil départemental se veut d’abord être une démarche intégrée à l’ensemble des orientations politiques, qui donne de la cohérence au projet territorial et dont la mise en œuvre s’évalue régulièrement. Cette politique s’est traduite par l’élaboration et l’adoption d’un premier Agenda 21 départemental en 2010.

La politique de développement durable du Conseil départemental de la Somme a vocation à agréger et mettre en cohérence l’ensemble des schémas et plans départementaux adoptés par la collectivité.
 

Chronogramme de la démarche Agenda 21 du Conseil départemental

L’Agenda 21

Le Conseil départemental de la Somme a souhaité s’engager dans une politique volontariste de développement durable sur son  territoire notamment à travers l’élaboration de l'agenda 21 « 80 projets durable en Somme », fixant un cadre clair et cohérent pour les objectifs ambitieux à atteindre par le département de la Somme.
L'Agenda 21 s'appuie sur trois orientations stratégiques :
  • Préparer un avenir durable pour la Somme,
  • Bien vivre en Somme,
  • Faire du Conseil départemental un acteur exemplaire .
Ces trois axes se déclinent en 80 actions portant notamment autour de thématiques telles de la solidarité, l’emploi durable, le développement économique du territoire… mais également sur ses propres pratiques en s’engageant vers un fonctionnement et une gestion plus durables de son patrimoine et des services.

Il a par ailleurs été reconnu  « Agenda 21 Local de France » en 2011 par le ministère de l’Ecologie et du développement durable et a obtenu la reconnaissance Ruban du développement durable en 2012  pour deux années.
 

L’Agenda21 du Conseil départemental

 

Les rapports de Développement Durable

L’article 255 de la loi du 12 juillet 2010, portant engagement national pour l’environnement, soumet toute collectivité de plus de 50000 habitants à l’obligation de produire un rapport annuel d’évaluation sur sa situation en matière de développement durable en amont du débat budgétaire. L’objectif du législateur à travers cette obligation est d’inciter les collectivités concernées à réinterroger leurs politiques publiques et leur fonctionnement, afin de définir les modalités de nature à améliorer leur performance en matière de développement durable, en se donnant les moyens au stade de l’élaboration du projet de budget d’en faciliter la mise en oeuvre.

Le rapport Développement durable fournit en ce sens une analyse objective de la volonté d’oeuvrer dans le sens de la transformation des politiques publiques et du territoire en faveur du développement durable.  Outil de mise en lumière des actions et des résultats de la politique menée, mais également des lacunes et des orientations futures, il peut et doit servir de base pour un débat de fond, la pluralité des visions ne pouvant que participer à la richesse du projet. Le rapport Développement durable conduit à identifier les points forts à valoriser, et a vocation à être utilisé comme support d’information à destination non seulement des élus, mais aussi des agents, des acteurs ou des habitants du département.