Vous êtes ici

D'où vient l'eau dans la Somme ?

L’eau souterraine constitue, dans la Somme, l’unique ressource en eau destinée à la consommation humaine. La préservation de cette richesse est un enjeu majeur pour notre département d’autant plus que la Directive Cadre sur l’Eau fixe un objectif ambitieux de reconquête de la qualité des différentes masses d’eau : souterraine, de surface et littorale.

La recharge des nappes phréatiques s’effectue par infiltration des eaux pluviales durant l’automne et l’hiver lorsque l’ensoleillement est faible et l’activité végétale ralentie. La DREAL Picardie (Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) communique régulièrement le niveau de la nappe sur notre territoire dans le Bulletin de la situation hydrologique en Picardie.

En s’infiltrant lentement jusqu’à la couche argileuse imperméable, l’eau se charge en éléments minéraux naturels et peut éventuellement entraîner des composées indésirables issus des activités humaines. La mise en place des périmètres de protection des captages d'eau potable permet de limiter les risques de pollution accidentelle.

La distribution

En 2013, le département de la Somme comprend environ 210 captages dont la grande majorité a été protégée avec l'aide du Conseil départemental. Sur 782 communes que compte le département, 150 gèrent l'eau potable à l'échelle communale et les 632 restantes sont regroupées dans 96 syndicats.

Le prix de l’eau :

Permettre à chacun de mieux comprendre sa facture d’eau : tel est l’objectif de l’observatoire du prix des services de l’eau mis en place par l’Agence de l’Eau Artois-Picardie. Chaque année, les résultats de cette enquête sont publiés.

Voici les grandes tendances des résultats de l’enquête 2013 publiées en avril 2014 :
Le prix moyen du m3 dans la Somme est de 3,52 € TTC/m3 calculé sur la base d’ une facture d’eau standard de 120 m3.
Le prix de l’eau varie d’une ville à l’autre : chaque collectivité en charge d’un service d’eau fait des choix qui influent sur le coût de celui-ci (nécessité de mettre en place un traitement pour potabiliser l’eau, travaux, sécurisation de la ressource,  gestion de son  patrimoine, qualité des services…).

Comment lire sa facture d’eau ?

Le prix de l’eau est constitué de 4 principaux postes :

-    le poste « distribution de l’eau » couvrant les coûts d’investissements et d’exploitation des services pubics de distribution d’eau potable
-    le poste « collecte et traitement des eaux usées » couvrant les coûts d’investissements et d’exploitation des services publics d’assainissement collectif.
-    Le poste « organismes publics » servant à prélever les redevances de l’Agence de l’Eau.
-    Le poste « TVA ». Depuis janvier 2012, elle est fixée à 5,5 % pour la partie « distribution de l’eau potable » et 7 % pour l’assainissement des eaux usées du montant hors taxes.

La qualité de l’eau potable

En France, l’eau du robinet est l’un des aliments les plus contrôlés. Elle fait l’objet d’un suivi sanitaire permanent, destiné à en garantir la sécurité sanitaire.

En savoir plus :

 

Quelques gestes simples au quotidien pour réduire votre consommation d'eau :
• J’isole le chauffe-eau et les tuyaux : l’eau chaude arrive plus vite.
• Je ferme le robinet pendant le nettoyage des mains, le brossage des dents, le rasage...
• Je remplis toujours complètement le lave-linge et le lave-vaisselle avant de les mettre en route ou j’utilise la touche "éco".
• Je recycle l’eau ! Je réutilise l’eau de nettoyage des légumes pour arroser mes plantes.
• Au jardin, j’investis dans du matériel d’arrosage "goutte à goutte", micro-asperseurs, tuyaux poreux : ils consomment moins d’eau que les jets d’eau (l’arrosage d’un jardin nécessite 15 à 20 l/m2). J’arrose le soir : ce qui réduit les pertes dues à l’évaporation de 5 à 10 %. Je bine pour aérer la terre : ce qui équivaut à deux arrosages.
• Je collecte l’eau de pluie à la descente des gouttières à l’aide de bidons : je m’en sers pour l’arrosage des fleurs et des pelouses ou pour laver la voiture, j’économise ainsi de l’eau potable.
• Je lave ma voiture dans une station de lavage : ce qui nécessite 60 litres d’eau au lieu des 200 litres avec un tuyau d’arrosage.