Vous êtes ici

D’un crucifix naît une chapelle à Rue

Splendide monument gothique, la chapelle du Saint-Esprit de Rue ne manque pas d’attirer les pèlerins, mais aussi les passionnés d’art et d’histoire.


Nicodème, disciple du Christ, aurait sculpté trois crucifix dans un cèdre du Liban. Découverts par un groupe de chrétiens vers l’an mille, ces trois objets sont ensuite abandonnés dans des barques pour les protéger des Croisés. La première s’échoue en Italie, la seconde dans le Calvados et la troisième sur les bords de Rue. Immédiatement, des pèlerins accourent pour découvrir ce crucifix en bois polychrome. « La fréquentation du pèlerinage entraîne l’édification de la Chapelle de l’Hospice, mais dès la fin du XIIIe siècle, les habitants de Rue exigent la construction d’un édifice entièrement consacré au culte de l’objet », explique Robin Frenel de l’Office de tourisme de Rue. Ainsi naît la Chapelle du Saint Esprit, incarnation du gothique flamboyant avec son décor exubérant fait de dentelle de pierre, d’éléments floraux et végétaux. Le XVe et XVIe siècles seront consacrés à son embellissement et l’ajout de la trésorerie basse et haute. Du crucifix, il ne reste aujourd’hui qu’une main sculptée. Classée monument historique, la chapelle est l’un des trois édifices gothiques majeurs de Picardie.
 

Visites guidées tous les jours en juillet et août à 11h et 14h30.
Office de Tourisme de Rue, tél. : 03 22 25 69 94.