Vous êtes ici

Session du 26 au 28 juin 2017 : des efforts qui commencent à porter leurs fruits !

Téléchargez le discours d'ouverture de la session du 26 juin 2017 prononcé par le Président Laurent Somon :

 


Compte administratif 2016 : le redressement des comptes donne ses premiers résultats

La majorité départementale, en fonction depuis 2015, présente, à l'occasion de la session du 26 au 28 juin 2017, son 1er Compte Administratif de plein exercice.

Avec une baisse des recettes pour la seconde année consécutive de près de 1% et la volonté réaffirmée de ne pas alourdir la fiscalité qui pèse sur ses habitants, les efforts ont été nombreux pour éviter un "dépôt de bilan" qui aurait eu de lourdes conséquences pour les contribuables, les entreprises, les associations et tous les habitants.

Pour y parvenir, la majorité a dû procéder à des choix difficiles et particulièrement au niveau de ses dépenses de fonctionnement qu'elle est parvenue à réduire de manière significative. Il s'agissait de disposer des marges de manoeuvre suffisantes pour maintenir un haut niveau d'investissement (routes, collèges et aides aux collectivités) et pour préserver ses politiques publiques.

Des efforts qui portent leurs fruits et dont les premiers bénéficiaires sont les habitants du département. Ainsi, un haut niveau d'investissement, de l'ordre de 76 millions d'euros, a pu bénéficier en premier lieu aux entreprises locales et donc à l'emploi. 28 millions d'euros, 7 millions d’euros de plus qu’en 2015, ont pu être consacrés à l'entretien des routes départementales qui favorisent la qualité de vie et permettent le développement économique. En outre, au niveau social, compétence première des départements, malgré des dépenses qui ont augmenté de 3 millions d'euros, le département de la Somme a pu honorer les dépenses en faveur du RSA et consacrer 60,6 millions d'euros en faveur des personnes âgées.
 

 


 

Insertion : l'objectif de retour à l'emploi clairement réaffirmé !

Le Conseil départemental a lancé des appels à projets ciblés et adapté son offre d'insertion afin de lier plus efficacement insertion et retour à l'emploi. De plus, il s'est doté avec ses partenaires (État, CAF, pôle emploi, organismes sociaux) de moyens et d'outils pour diminuer les fraudes intentionnelles.

Des premiers résultats encourageants ont été constatés avec une diminution de 4,6% entre 2015 et 2016 du nombre d'allocataires (- 900 personnes sur les 18 000 foyers bénéficiaires du RSA).

Les conseillers départementaux ont débattu, au cours de la session, de la poursuite et de l'amplification des actions pour le retour à l'emploi autour des évaluations individuelles, de la découverte des métiers ou encore de l'accompagnement à la recherche d'emploi, de la mise en relation entre les entreprises qui recrutent et les organismes d'insertion… et ont étudié les moyens de renforcer la lutte contre la fraude manifeste.
 

 


Une coopération renforcée avec le Service Départemental d’Incendie et de Secours

La chambre régionale des comptes a également émis un rapport sur la gestion du SDIS, au cours de la période de 2010 à 2015, dans lequel elle émet de vives critiques sur :
- les sureffectifs des pompiers professionnels au regard de l'activité
- les travaux engagés dans les casernements bien au delà de ses capacités financières
- le manque de vision stratégique notamment pour ce qui concerne le schéma d'analyse et de couverture des risques (SDACR).

Bien avant la publication de ce rapport, la majorité départementale a mis en place un contrat pluriannuel avec le SDIS, pour la période 2017 à 2022 ; Une convention d'objectifs et de moyens, avec un soutien du département à hauteur de 26 millions d'euros par an, mais avec des objectifs de rationalisation budgétaire, de maîtrise des dépenses de fonctionnement et d'une coopération renforcée, voire d’une mutualisation, entre les services départementaux et le SDIS.
 

 


 

Un programme réaliste pour les collèges

La chambre régionale des comptes a rendu son rapport sur les politiques d'investissement des départements de la région des Hauts-de-France pour les collèges.

Les choix de la précédente majorité, en fonction jusqu'en 2015, y sont vivement critiqués avec notamment des affichages irréalistes par rapport aux possibilités budgétaires et n'ayant entraîné au final que deux réalisations sur les 9 jugées prioritaires, donc 13 millions d'euros dépensés sur les 200 millions programmés.

Sans attendre ce rapport, la nouvelle majorité a décidé d'un plan pluriannuel d'investissement de 5 millions d'euros par an pour les 50 collèges publics dont elle a la charge, et ce jusqu'en 2024. Des choix en lien avec ses capacités budgétaires réelles et qui répondent aux besoins des collégiens.
 

 

Retrouvez ici l'ensemble des délibérations du Conseil départemental et de sa commission permanente.