Vous êtes ici

Centre culturel de Saint-Riquier

 


Les concerts et spectacles - saison culturelle

L'abbaye de Saint-Riquier, fondée en 625, abrite un centre culturel départemental. Pépinière d'arts, l'abbaye de Saint-Riquier propose une saison culturelle 2018 riche, renouvelée et diversifiée.

 


 
  • 21 juin 2018 - Parvis de l'abbatiale : Fête de la musique

 
1ère Fête de la musique organisée par le Département en partenariat avec France Bleu Picardie, parrainée par Kamini et présentée par Maxime Schneider.
19h00 : Xavier Yahiaoui
19h45 : Luc Alenvers
20h30 : Léon Dit
21h15 : Mihalis
22h00 : U man slide
22h45 : Verso (ex-Noors)
23h30 : Kamini


 

 

 

  • 29 juillet - 22 septembre 2018 : cycle de concerts gratuits "Musique en lumière" associant musiciens et choristes professionnels et amateurs

 


Dimanche 29 juillet 2018 - 18h - Par mes chants...

Ensemble Reverso
Margot Mellouli : chant et contrastée
James Holland : luth et théorbe
Ondine Lacorne-Hebrard : viole de gambe

Par leurs adaptations musicales autant que par leurs langues, les poèmes révèlent l’origine de chaque compositeur. Intégrant les tournures populaires des mélodies, leurs rythmes, les spécificités de l’art vocal de ses contemporains, le musicien dessine sur les portées une déclinaison singulière de la carte d’identité de son pays. Tout au long du XVIIème siècle, la subtile combinaison du verbe et du son appose ainsi, sur le papier à musiques, le sceau original de chaque contrée. Une heure durant, Reverso et Margot Mellouli nous invitent à ce virtuel voyage dans l’univers de leurs chants.

Dimanche 5 août 2018 - 18h - Luminosité extérieure ou Lueur intérieure

Marie-Pascale Massart : voix et flûte
Pierre Reynaud : orgue et clavecin

Musique sacrée ou profane ? Couleurs d’une voix ou arabesques d’une flûte ? Tonitruance d’un orgue ou intimité d’un clavecin ? Ainsi, tour à tour, la musique n’a de cesse que de dissocier ou d’associer, d’inviter à danser ou à méditer, de divertir ou d’intérioriser, … Cette capacité expressive et sociale, au service des affects humains, est représenté ici par deux géants de son histoire : Bach, le germanique au moyen de quelques-unes de ses célèbres pages sacrées ; Couperin, le français, par ses royales musiques écrites pour l’agrément de Louis XIV,  son souverain.

Dimanche 12 août 2018 - 18h - De part et d'autre du Rhin

Nicole Ferrein : mezzo-soprano
Pierre Reynaud : orgue

Le Rhin, sur les plus de 1200 kilomètres de son cours, « draine » symboliquement une très grande part de la production musicale qui abreuve notre continent depuis des siècles. Ses affluents pourraient se nommer Vivaldi, Mozart, Bach, Schütz, Lully ou encore Rameau. Dans cet abondant flot, la voix de l’allemande Nicole Ferrein (Cologne) et l’organiste picard Pierre Reynaud ont choisi de se retrouver - une nouvelle fois -sur le pont qu’évoque cette tribune des orgues historiques de Saint-Riquier. Avec vous, ils contemplent ces majestueuses pages de musiques charriées, autour de 1700, par le puissant fleuve.

Dimanche 19 août 2018 - 18h - Un noir piano illumine l'abbatiale

Nicolas Royez : piano

Dans ce lieu consacré à la prière, où les voix et les orgues règnent en maîtres, ce profane et noir piano s’incruste dans la séculaire et blanche pierre. Faisant sienne l’atmosphère particulière du chœur, il s’oblige à puiser dans son répertoire quelques ouvrages qui vont lui permettre d’être en communion avec elle. Chopin, Fauré et Brahms y déposeront leurs écrits. Nicolas Royez en assurera, comme à son habitude, une émouvante et poétique lecture. Aux prémices du crépuscule dominical, nos oreilles se régalent de ce festin spirituel, qui célèbre, à sa façon, l'histoire de ce singulier édficie dans une liturgie toute pianistique.

Dimanche 26 août 2018 - 18h - Alla Turca

David Dupire : grandes orgues et piano

La présence turque en Europe centrale a marqué les esprits. Aux XVII° et XVIII°, les turqueries sont à la mode. En musique, on traduit le rythme de combat des janissaires ottomans. On aime à jouer, à la manière hongroise, de contrastes de lumière, passant alternativement du mode majeur au mode mineur au cours d’une même pièce musicale. Les compositeurs romantiques, Schubert en premier lieu, se souviendront particulièrement de ce trait caractéristique. Combinant une utilisation profane de l’orgue, puis celle plus coutumière du piano, David Dupire expose, aux claviers, quelques tableaux témoins de ce durable engouement.

Dimanche 2 septembre 2018 - 18h - France-Italie : quel match !

Ensemble Caix d'Hervelois
François Harleaux : flûtes
Gilles Lemoine : saxhorn, trompette basse, baryton
Sabine Domanget : violoncelle
Danielle Lambert-Lemoine : orgue positif

L’Europe fut longtemps tributaire de deux cultures qui se combattaient, parfois âprement : la musique française et la musique italienne. Chacune avait ses joueurs vedettes, sa technique de jeu, sa stratégie de recrutement des équipes. Vers 1750, à Paris, un match opposa même deux capitaines très courtisés du public : le musicien Jean-Philippe Rameau pour la tradition française, et le philosophe-compositeur Jean-Jacques Rousseau pour la modernité italienne. L’ensemble Caix d’Hervelois vous propose d’admirer les charmes de ces deux façons de pratiquer l’art musical. A vous de juger. Et maintenant, balle au centre !

Samedi 15 septembre 2018 - 20h30 - Lumineuses vocalises de France

Ensemble vocal Ambiani - direction Pierre Reynaud
Felix Cantus - direction Yves Delecluse

Ghislaine Mourot : soprano
François Joron et Marc Rybka : barytons
Anne Foulard et Pierre Reynaud : grandes orgues historiques
Anne Foulard et Pierre Delecluse : orgue du choeur

Au fil des siècles, les musiques vocales de notre France ont toujours brillé par leurs noblesses et leurs poésies. Quel qu’en soit la destination, profane ou sacrée, événementielle ou théâtrale, l’harmonie naturelle issue d’une association de voix masculines et féminines a toujours séduit l’auditeur. De Clément Janequin à Gabriel Fauré, cette « rétrospective », conçue par les ensembles vocaux Ambiani (Amiens) et Cantus Felix (Beauvais), vous remémorera nombre d’œuvres qui, en ce weekend du patrimoine, témoignent de la qualité et de la popularité de cette production, presque millénaire. À ne pas manquer, dans la grande nef de l’abbatiale.

Dimanche 22 septembre 2018 - 18h - Baie de Somme, entre terre et ciel

Passion baroque
Annie Bazireau : violon
Claire Pradel : clavecin
François Harleaux : flûtes
Alex de Valéra : théorbe

Paradis préservé, refuge pour toutes sortes d’oiseaux, les terres parfois mouvantes de cette Baie de Somme forment aussi bien le lit de musiques pour danser, qu’elles n’accueillent les nids d’où s’échappent, des gosiers de nos volatiles, profusions de chants et de cris. Nombre de compositeurs ont perçu, dans cette vocale ornithologie, une heureuse occasion d’en imiter les singularités, et même d’y faire migrer nombre de nos émois humains. Passion Baroque et le clavecin de Claire Pradel soumettent à notre imaginaire ce conte instrumental.


 


  • 8 septembre 2018 : Abbaye de Saint-Riquier Pépinière des arts - Quatuor Joachim

 


À 20h30 au château de Querrieu, le Quatuor Joachim interprétera trois oeuvres dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre.

Programme :
Camille Saint-Saëns : Quatuor N°2
Edward Elgar : Quatuor
Paul Hindemith : Quatuor N°2


 


 

  • 15 et 16 septembre 2018 : Journées européennes du patrimoine

 


Aujourd’hui propriété du Conseil départemental de la Somme, l’abbaye accueille un centre culturel dédié aux expositions d’art et au spectacle vivant, ouvert à tous les publics.
L’abbaye de Saint-Riquier est l’un des monuments les plus anciens du nord de la France avec une fondation par Riquier en 625 et a connu un passé prestigieux en tant qu’abbaye royale, titre octroyé par le roi Dagobert Ier en 639.
Venez découvrir l’exposition du moment “Rétrospective – Albert Hirsch” ainsi que l’abbaye et ses jardins via des focus animés par des guides ou librement.
Le samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h.
Le dimanche de 14h à 18h.
Accessible aux personnes en situation de handicap.
Renseignements au 03 60 03 44 77 ou a.kermann@somme.fr
 


 
 
  • 16 septembre 2018 - Jazz sur l'herbe

 


De 12h à 19h avec :

L'harmonie de Nouvion-Sailly Flibeaucourt
Fanfare Trouba Ch'ti
Sébastien Texier Quartet
Big Band des collèges et lycées
Zibeline
Big Funk Brass

12 € plein tarif / 8 € groupes, étudiants, minimas sociaux / Gratuit - 12 ans.
Billetterie sur place. Renseignements : 03 60 03 44 70
 


 
  • 31 octobre 2018 - 15h - Studio-théâtre - "Il court, il court le furet"

 


« Il court, il court, le furet… » est un spectacle pour un public d’enfants à partir de 1 an. Il propose une rencontre entre la chanson enfantine et la danse.  Des chansons puisées dans le répertoire de l’enfance, des comptines et des jeux de doigts chantés et accompagnés à la guitare classique ou électrique sont interprétés de manière drôle et poétique par une danseuse.  Des thèmes comme les animaux, la famille, l’eau et la variété des styles musicaux invitent à des univers très différents.
Dans le cadre du festival "Des parents, des bébés" organisé par la Bibliothèque départementale de la Somme. Le festival s'adresse aux 0-6 ans, à leurs familles, leurs accompagnateurs, leurs puéricultrices, leurs assistants maternels, et à toutes les personnes qui interviennent à leurs côtés.
Entrée libre.
 
 
  • 8 novembre 2018 : Abbaye de Saint-Riquier Pépinière des arts - Quatuor Joachim

 


 

À 20h30 à l'Historial de la Grande Guerre de Péronne, le Quatuor Joachim interprétera trois oeuvres dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre.

Programme :
Camille Saint-Saëns : Quatuor N°2
Edward Elgar : Quatuor
Paul Hindemith : Quatuor N°2
 


 
  • 14 novembre 2018 - 20h - Studio-théâtre : Patrick Timsit - Le livre de ma mère

 


LE LIVRE DE MA MÈRE
d’Albert Cohen
avec Patrick Timsit
Mise en scène et scénographie Dominique Pitoiset
D’après Le livre de ma mère d’Albert Cohen © Editions Gallimard


« Louange à vous, mères de tous les pays, louange à vous en votre sœur ma mère… »
Un jour, un tout jeune comédien nommé Patrick Timsit a lu Le livre de ma mère. Il a aussitôt su que ce texte ne le lâcherait plus.
Et vice-versa.
Saison après saison, il l’a lu, relu, annoté, ruminé. Silencieusement ou à haute voix. Souvent seul et parfois en public. Comme une sorte de secret à demi partagé. Avec le temps, le jeune comédien a fait son chemin, gagné en stature, trouvé le succès. Mais il gardait toujours ce livre dans un coin de sa tête et de son cœur.
Il aura attendu trente ans.
Trente ans seront passés avant qu’arrivent deux choses indispensables. La première est intime : un jour, tout simplement, Patrick Timsit a su qu’il était prêt – et qu’il était temps. Qu’il fallait maintenant passer du rêve à sa réalisation, du texte à son incarnation.
A peu près au même moment, le deuxième événement s’est produit : l’interprète a trouvé son metteur en scène.
Et vice-versa.
Avec son extraordinaire vision de Cyrano de Bergerac – une mise en scène que l’on peut sans crainte qualifier d’historique – Dominique Pitoiset venait d’offrir à Philippe Torreton l’un des grands rôles de sa vie. Il travaillait déjà à un deuxième projet avec le même comédien lorsque sa route croisa celle de Patrick Timsit… Heureux hasard, nécessité masquée ? Ces deux-là, en tout cas, se sont trouvés au bon moment.
L’un et l’autre le savent d’expérience : au théâtre, quand la solitude touche juste, elle devient l’affaire de tous. De tous ceux qui sont nés d’une mère – tous et chacun, frères et sœurs en humanité.
De la rencontre de Patrick Timsit et de Dominique Pitoiset, de leur estime mutuelle teintée de curiosité l’un pour l’autre, de leur admiration partagée pour Albert Cohen, va naître un chant de deuil, d’amour poignants, depuis le seul endroit au monde qui le fasse partager ainsi : depuis la scène. Deuil insensé et amour fou, hommage bouleversant aux « Mères de toute la terre ».
 
 
 
  • 28 novembre 2018 - 20h - Studio-théâtre : Cali chante Ferré

 


Ferré…Ferré? Ferré!
Voilà, me voilà face à la montagne. Au pied de l'Everest.
Ferré. J'ai choisi un chemin, mille se présentaient à moi. Alors j'ai choisi des chansons entendues sur le tourne-disque de mon papa. Je n'étais qu'un enfant. Je ne comprenais pas tout non, mais je devinais déjà. C'était fou. Comme le mot Liberté.
Et puis j'ai choisi des chansons, celles qui m'ont aidé à traverser l'adolescence pétillante, devenir un homme, être un homme…
Et puis la vie, toute la vie, toutes ces choses sublimes, gigantesques, ultimes, toute ma vie, Léo Ferré, le plus grand.
Je mesure la chance de chanter ses mots, ces trésors.
Si quelqu'un doit quelque chose à Léo Ferré c'est bien Dieu…

Cali
 


 
 
  • 6 mars 2019 - Studio-théâtre - 20h - Françoise Fabian

 


Du théâtre où elle fait ses premiers pas sous la direction de Jean Meyer de la Comédie Française et où elle poursuivra une riche carrière aux côtés des plus grands (Jean Marais, Bernard Murat, Jacques Weber, Jean Cocteau…).

Au cinéma qu’elle découvre en 1955 et qu’elle ne quittera plus. Elle démarre aux côtés de Jean-Pierre Marielle et Jean-Paul Belmondo et tournera dès les années 1970 avec les réalisateurs les plus prestigieux (Eric Rohmer, Jacques Demy, Claude Lelouch, François Ozon, Françoise Sagan…).

Le temps passe et sa filmographie s’allonge, des films d’auteur au cinéma plus populaire (La bûche, LOL, Le Prénom, Les Garçons et Guillaume, à table…).

Elle est de celles qu’on ne présente plus, elle devient l’une des icônes du cinéma français.

Pour autant, Françoise continue de rêver à une autre de ses passions : la musique.

La musique, qu’elle effleura du bout des doigts il y a des années, et qui devient réalité pour elle en 2015, lorsqu’elle interprète deux titres de l’album Les gens dans l’enveloppe, écrits et composés par Alex Beaupain pour accompagner le livre éponyme d’Isabelle Monnin.

Sur la scène du studio théâtre de Saint-Riquier, Françoise Fabian interprètera les titres de son tout premier album, réalisé par Alex Beaupain, qui en a écrit quelques titres, mais qui a surtout su rassembler avec et autour d’elle de grands noms de la chanson française afin de lui construire un répertoire entièrement original : Julien Clerc, Vincent Delerm, Charles Aznavour, La Grande Sophie, Dominique A, Nicolas Kerr…
 


 
  • du 26 au 28 avril 2019 : Festival Choeurs et Voix de la Baie de Somme en partenariat avec Radio France

 


 

Tarifs

Tarifs des concerts/spectacles au studio-théâtre :
Plein tarif : 8 €
Tarif réduit (minimas sociaux, demandeurs d'emploi, étudiants -25 ans) : 5 €
Gratuit -12 ans.

Réservations par téléphone (03 60 03 44 70) ou sur place. Paiement le jour même à la boutique de l'abbaye.
 

Les expositions

Tarifs des expositions :
- gratuit pour les enfants et les groupes scolaires des Hauts-de-France
- 3 € plein tarif

Inscriptions et renseignements au 03 60 03 44 73 ou a.kermann@somme.fr
 

  • 25 juin - 29 septembre 2018 : Albert Hirsch, Rétrospective, sculptures, peintures, photographies.

 

© Albert Hirsch

L’exposition des sculptures d’Albert Hirsch est conçue comme rétrospective de ses œuvres : une soixantaine sera exposée, du plus petit format à des dimensions inattendues, des années 60 à nos jours, bronze, plâtre, pierre, ardoise, acier.

Albert Hirsch est connu dans le département de la Somme pour son œuvre monumentale du rond-point de Maurepas (Deux Traits de de lumière, 1996), pour l’exposition monographique qui lui fut consacrée au Musée départemental de Saint-Riquier en 2006 (Quels paysages ?) et pour Le Ring exposé judicieusement au cœur d’Amiens (acquis en 2014).

Cette exposition propose un parcours chronologique des principales étapes de sa création depuis sa formation aux Arts Appliqués de Paris.

À partir des années 60, l’artiste évolue vers l’épuration des formes et l’abstraction comme le révèlent ses études de nus à l’encre et plâtres inspirés de Rodin, Bourdelle, Brancusi, Pevsner et Giacometti. L’œuvre intitulée Le Grand Eploiement, de 1968, montre déjà par sa pureté des lignes le désir de mouvement, d’élan qui constitue la recherche permanente de ce sculpteur à l’exigence constante pour l’équilibre renouvelé et parfait : études de nus à l’encre, séries de plâtres et de bronzes inspirés par le mouvement et la danse.     

De grandes ardoises sculptées à partir des années 1980 démontrent l’attrait d’Albert Hirsch pour le travail sur une matière brute à évider, selon un principe de linéarité que les tableaux peints reprennent en écho avec des couleurs restreintes. À l’exception d’Ubac qui lui porta un grand intérêt dans les années 60-80, il a reconsidéré l’approche de ce matériau peu employé par les sculpteurs, et s’est plu à explorer dans une toute autre direction la vérité de l’ardoise, roche qui révèle par ses strates la profondeur de la terre et des couleurs que la lumière exhausse.  La photographie est aussi pour Albert Hirsch une exploration parallèle de l’espace et de la lumière de la Somme.

Un espace consacré à la poésie de René Char qui a écrit sur son travail et lui a dédié un poème déploie les dernières créations de grand et petit format. Ces « papiers sculptés » ainsi dénommés consistent en des entailles courbes faites dans d’épaisses de planches de papier chiffon, selon les mêmes gestes d’évidement - mais sans perforation ni percement de la matière - que dans ses sculptures.

Le parcours est à effectuer aussi de façon complémentaire dans le parc : 10 sculptures monumentales, élaborées dans un profilé d’acier conçu spécifiquement par l’artiste, constituent les pièces maîtresses et si personnelles du sculpteur depuis les années 1990.  Ce matériau, synonyme de modernité, devient l’enjeu de recherches entre espaces et lignes, mouvement et verticalité. Ayant pour titres Trois Arcs fermés, Trois Arcs ouverts, In and out, ces œuvres de 3 à 4m de haut sont autant d’ouvertures et de forces dynamiques invitant à passer dedans et dessous.

Square Dance, réalisée en 2006 et acquise par le Département de la Somme retrouve ainsi pour un été ses compagnes aux lignes mouvantes où la danse est omniprésente.

Le point extrême du parcours est une « abside » où l’espace est réservé à une seule sculpture haute de 3m50 : inédite et unique en son genre, la Désinvolte (2017) est une fascinante sculpture tournant de façon régulière sur un socle motorisé. Dans un mouvement presque imperceptible, 3 600 changements de vision s’opèrent en 3 600 secondes, en un incroyable éloge de la lenteur. Il s’y développe ainsi constamment une nouvelle perception de l’espace, tantôt dynamique tantôt plus apaisée. Le critique d’art Maurice Benhamou a su dans ses lignes amplifier la portée poétique de cette œuvre dans un recueil, Voltes, en regard avec les photographies d’Albert Hirsch.

La contemplation de cette sculpture si singulière, aux métamorphoses de courbes harmonieuses se croisant et s’enchainant en douceur, procure un véritable voyage à partager durant une heure.
 

Vernissage le 23 juin 2018 à 17h30.

 

  • Octobre - décembre 2018 : expositions en collaboration avec le centre Georges Pompidou

 

Le festival de Saint-Riquier - Baie de Somme - du 3 au 15 juillet 2018

Du 3 au 15 juillet 2018, le festival de Saint Riquier - Baie de Somme constituera un événement culturel phare dans le Nord Ouest de la France. Le Conseil départemental souhaite qu’il soit accessible à l’ensemble des publics par :

 - sa programmation proposant toutes les esthétiques et répertoires (musiques du monde, musiques de chambre, jazz, chanson, musiques classiques instrumentales et vocales, musiques populaires, cirque, marionnettes…)

- sa tarification accessible

- la création d’un festival off gratuit (terrasses en musique, spectacles de rue, mapping)

- la programmation d’artistes et de compagnies du département

- la programmation de concerts de musiques actuelles dans la salle polyvalente de Saint-Riquier

- des navettes organisées entre Amiens et Saint-Riquier
 

Cliquez ici pour accéder à la programmation du festival

 

Les visites de l'abbaye

 
Les visites libres
Horaires d'ouverture de l'abbaye :
- du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 17h en basse saison (du 1er octobre au 30 avril)
- du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h en haute saison (du 1er mai au 30 septembre)

Les visites guidées
Venez découvrir l’histoire et la richesse patrimoniale de ce site, fondé en 625 par Riquier. La visite comprend les anciens bâtiments abbatiaux, l’abbatiale et sa chapelle privée aux peintures murales du début du XVIe siècle ainsi que les jardins.
Horaires des visites : 11h, 14h30 et 16h sauf impondérables.
Attention, le mercredi, l’horaire de 14h30 est réservé à la visite de l’exposition en cours pour les familles.

Tarifs des visites guidées :
5,50 € plein tarif
4,00 € tarif réduit (minima sociaux, demandeurs d’emploi, étudiants -25 ans) et groupes (au moins 10 personnes)
Gratuit pour les moins de 12 ans

Les visites guidées nocturnes
Le troisième vendredi du mois, en basse saison, c’est au clair de lune, à l’aide de bougies électriques, que l’abbaye se dévoile.
Le rendez-vous est donné à 18h00 à la boutique de l’abbaye.
Durée : environ 1h30
Uniquement en basse saison (octobre-avril) et sur réservation (03 60 03 44 77 / a.kermann@somme.fr)

Tarifs des visites guidées nocturnes :
5,50 € plein tarif
Gratuit pour les moins de 12 ans
-10 % sur l’addition chez un des restaurateurs de Saint-Riquier, pour ceux qui souhaitent terminer la soirée avec un moment convivial.

Informations pratiques

Contact

Tél. : 03 60 03 44 77
Responsable du site : Myriame Bellavoine - m.bellavoine@somme.fr
Chargée culture et patrimoine : Amandine Kermann - a.kermann@somme.fr

Accès

Saint-Riquier est situé à 10 km d'Abbeville et à 25 km de la Baie de Somme.

En voiture :
- 2h depuis Paris (A16, sortie 22)
- 1h20 depuis Rouen (A28)
- 1h30 depuis Lille (via RN 25 Arras-Doullens)

En train :
- Abbeville est à 1h30 de Paris (ligne Paris-Calais) et à 30 minutes d'Amiens.

Adresse :
Centre Culturel Départemental de Saint-Riquier
80135 Saint-Riquier

Horaires d'ouverture de l'abbaye

- du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 17h en basse saison (du 1er octobre au 30 avril)
- du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h en haute saison (du 1er mai au 30 septembre)

Fermée les jours fériés.

Boutique

La boutique se divise en deux espaces :
- espace vente : billets d'entrée pour les expositions, visites guidées, concerts et spectacles
- espace librairie (en partenariat avec la librairie Studio livres à Abbeville) : ouvrages sur l'abbaye, la langue et la culture picarde, le patrimoine de la Picardie maritime, catalogues d'expositions, disques

La boutique propose également des objets à l'effigie de l'abbaye (stylos noirs, clés USB, tours de cou, cartes postales, marque-pages), ainsi que des tisanes, bières brassées avec de l'eau de source de l'abbaye, des pots de gelée des pommes cultivées dans le parc de l'abbaye (production : lycée professionnel du Marquenterre, en partenariat avec le lycée agricole de la Baie de Somme, le lycée des métiers du Marquenterre, le lycée Boucher de Perthes, le collège Millevoye – SEGPA).